Yangon, Hpa-An, Mawlamyine, Kinpun

Depuis l’hôtel de Hô Chi Minh, petite marche jusqu’à l’aéroport situé à quelques pas. Aucun problème pour le check-in de l’avion, le passage de la sécurité et celui de l’immigration (pour le fameux timbre de sortie), ceci malgré le fait qu’il y ait passablement de monde. Tout se passe dans les règles de l’art, en files et les récalcitrants sont rappelés à l’ordre… ça nous plaît !;) Le vol se passe bien et c’est avec quelques minutes de retard seulement que nous nous posons au Myanmar (pays appelé il y a encore quelques années Birmanie, mais dont le gouvernement a décidé de changer le nom pour revenir à celui, ancestral, de Myanmar… Ceci a été fait afin de couper les liens avec le passé colonial, puisque le nom Birmanie avait été donné par les anglais. Ce n’est pas la seule « spécialité » du genre ici et on a parfois du mal à s’y retrouver!). Prise d’un taxi depuis l’aéroport avec deux français, qui nous emmènera jusqu’à la gare de Yangon (= Rangoon), depuis là petit bout à pied jusqu’à l’hôtel sous une chaleur torride. Durant notre trajet en taxi, on a déjà pu se rendre compte d’une autre singularité du pays: bien que la circulation se passe à droite, comme chez nous, la majeure partie des véhicules a également le volant à droite… autre frasque du gouvernement, qui d’un jour à l’autre, a décidé que la circulation ne se faisait plus à gauche! L’hôtel est situé au troisième étage d’un immeuble mitoyen et géré par une famille birmane vraiment adorable!

On dîne de quelques beignets achetés dans la rue, puis on visite la pagode Botataung, au cours de laquelle on se fait aborder par un papy qui nous guidera et nous donnera de nombreuses explications intéressantes. On rejoint ensuite le jardin Bahamandoola, bien animé en fin de journée, où l’on fera la connaissance d’un jeune universitaire qui vend maintenant des nouilles dans la rue… c’est triste de constater que, bien qu’ayant bénéficié d’une telle formation, des gens continuent de vivoter comme ils peuvent. On vous laisse imaginer ce que ça peut représenter pour des gens qui n’ont suivi que quelques années de scolarité, voire aucune… Après cet intermède, on termine par la pagode Sule, entourée de boutiques carrelées et vrai piège à touristes qui ne nous séduira pas vraiment. Faute de trouver une bière, on se contentera d’un sirop et d’un repas typique birman (choix de petits plats dans un buffet, qu’on partage ensuite, avec une assiette de riz).

La journée du lendemain est consacrée à une visite à pied de la ville, bien que celle-ci soit assez étendue. On commence par le quartier « downtown », que nous n’avons pas eu le temps de visiter comme il se doit le jour d’avant. Une tournée des marchés, d’abord le Thein Gai Zei, très typique, puis celui nettement plus touristique de Bogyote. Achat d’un longyi, longue jupe en portefeuille portée par toutes les birmanes, qui sera bien utile pour visiter tous les lieux de cultes, puisque les femmes doivent avoir les jambes intégralement couvertes (entre autres règles… nous y reviendrons). On continue bien plus au nord par un passage au bord du Lac Kandawgui, puis un tour dans la pagode Ngar Htatt Kye, qui comporte un gigantesque et magnifique bouddha (l’un des plus beaux que nous ayons vu) et celle de Chauzkhtakyi,  dans laquelle se trouve un gigantesque bouddha couché de près de 70m de long. Fin de journée/début de soirée en apothéose, puisqu’on termine par la visite de la pagode Schwedagon. Hormis le stûpa central haut de 98m, le site compte plusieurs dizaines de petits temples et pagodons richement décorés et dorés. C’est intéressant de noter ici le mélange de touristes et de fidèles qui se pressent autour du stûpa central, le tout à pieds nus et, en principe, en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre. C’est avec émerveillement que nous assisterons aux derniers rayons de soleil et à la tombée de la nuit, dans ce lieu où nous manquent les mots pour le décrire! Souper dans la rue, avec deux soupes de nouilles bien chargées pour… 60 cts!

Après les kilomètres d’hier, place à une matinée peu efficace, où nous commençons par un tour du marché local situé au bout de la rue. Ensuite, nous allons réserver notre billet de bus pour la ville de Hpa-An (= Pa-An) pour le jour d’après. Vu la chaleur du jour (40° selon un thermomètre rencontré), on se décide à aller visiter le Musée des pierres précieuses, intéressant sans plus, mais il a le mérite de disposer d’une climatisation efficace. Dans les environs, petit tour à la pagode Kabar Ayer, avant de déguster une glace au bord du lac Inya. Nous avons cherché la maison d’Aung San Suu Kyi, mais sans la trouver, la faute à des plans peu précis (ou on est vraiment des billes… ça on ne le saura jamais!). Après le souper, une rentrée de flemmards, pour une fois en taxi:D

Lever de bonne heure, où nous réveillons le gardien qui dort à la réception, pour prendre le bus qui nous mène à Hpa-An. Flambant neuf, avec des sièges moelleux et une petite couverture pour lutter contre le froid glaçant dû a la climatisation… On n’a jamais eu un bus aussi luxueux jusqu’à présent! Une fois arrivés, rapide tour au centre, café dans un troquet et balade au bord de la rivière Twanlwin pour voir le coucher du soleil (ça commence à devenir une habitude maintenant!), avant de terminer par un souper dans une gargote en face de l’hôtel pour 3x rien.

La journée du lendemain est consacrée à une visite de la campagne environnante… possible avec chauffeur, on a préféré la faire à notre sauce en louant un scooter pour un jour! Plusieurs grottes sont au programme, elles comportent toutes un grand nombre de statues de bouddhas de plus ou moins grande taille et de tous les styles, et sont des lieux de prières et de recueillement. C’est plus pour cet aspect-là que nous les visitons que pour la nature des grottes, bien dénaturée par de grandes allées bétonnées ou carrelées (puisque, lieux de culte obligent, on visite tout à pieds nus!). Arrêt pique-nique en milieu de journée aux Waterfall, qui ne sont pas de véritables chutes d’eau, mais une suite de plusieurs bassins en béton (dont un interdit aux femmes) permettant la baignade pour le grand bonheur d’Olivier. En fin de journée, passage par le monastère du lac, puis à la Bat Cave afin d’assister à l’envol des chauves-souris. Celles-ci sont « appelées » par des hommes qui tapent sur divers objets afin de créer des ondes sonores. Une sorte de pépiement s’élève alors de la grotte et plusieurs milliers d’animaux prennent leur envol… assez impressionant! Durant cette journée, nous avons été sollicités à de nombreuses reprises par des birmans pour poser pour des photos… l’une a même failli se terminer en baignade forcée pour Elodie. C’était très sympa et totalement inattendu! On voit bien que le tourisme de masse n’est pas encore présent dans cette région du Sud et on espère avoir encore des contacts comme ceux-ci par la suite😁

Le jour suivant, après un dernier tour en ville pour la visite de la pagode locale et l’achat d’un petit sac bien pratique, on prend le bus afin de rejoindre Mawlamyine (= Moulmein). Transport en tuktuk jusqu’à la guesthouse, qui s’avère vraiment bof… deux petits lits coincés dans une chambre pas très grande non plus, avec des matelas à trous, des sanitaires communs… le tout à l’extrême limite du bien crade. Et pourtant, depuis le début du voyage, on (enfin « je ») vous assure avoir fait des énormes progrès sur les notions d’hygiène des lieux… Vu que le trajet en bus n’a pas duré long, nous avons le temps de faire un tour en ville avant de prendre un peu de hauteur sur la colline des pagodes qui, comme son nom l’indique si justement, comporte une succession de plusieurs pagodes dominant la ville. Départ à la pagode U-Zina, où un moine viendra discuter avec nous et nous prendre en photo, puis celle de U Khanti et son bouddha dans une sorte de hangar, avant de passer au bouddha en bambou, où nous rencontrons un couple de valaisans. On continue ensuite dans le monastère Kyaung Seindon Mibaya qui a presque l’air abandonné, puis par les pagodes de Mahamuni (couverte de miroirs et où nous serons sollicités par une nonne pour prendre une photo… occasion que nous ne manquerons pas, puisque notre appareil se retrouve aussitôt dans les mains du photographe) et Kyaikthalan, au gigantesque stûpa doré, où nous resterons pour voir le coucher du soleil. Souper au marché de nuit où de grands étalages de brochettes nous attendent. Des nouilles et riz frits auront finalement raison de notre appétit (et de notre estomac… qu’est-ce que c’était gras!), mais feront le bonheur d’une jeune femme et de ses deux enfants, qui se jetteront sur la nourriture pendant que nous versons le tout dans un sachet.:'(

La nourriture du marché de nuit aura vraiment raison de nos estomacs pendant la nuit (Olivier) et durant une bonne partie de la matinée du lendemain (Elodie). En plus de la lourdeur des plats, on soupçonne même une intoxication alimentaire pour mam’zelle… Bref, matinée très peu productive, on vous passe les détails. Le bus pour la localité de Kinpun (= Kimon) part en début d’après-midi à la gare routière… arrivée un peu en avance, qui nous permet de découvrir la vie de la gare et de constater un nombre important d’enfants mendiants… un triste spectacle qui nous fait relativiser bien des choses. Un changement de bus à Kyaikto, puis nous arrivons à destination sans encombres. Souper et ensuite dodo. Nous en avons bien besoin!

Le lendemain, nous sommes réveillés par des coups à la porte à 7h15, car le déjeuner est prêt (nb: selon les indications, servi de 6h à 9h). On se lève donc et après le déjeuner, on part à pied pour le Rocher d’Or (mont Kyaiktiyo), sachant que le trajet peut aussi se faire en camion (solution de secours pour la descente, si jamais, au cas où les forces nous manquent après la journée d’hier). En chemin, nous avons droit à de nombreux sourires, des « mingalabas » (= bonjour) à la pelle, des photos avec des jeunes, des nonnes et des mariés et une discussion avec un moine. Une fois au sommet, après 4h de montée et 11km, on découvre une esplanade un peu kitsch et le Rocher juste à côté qui n’attire finalement pas grand-monde. Les gens – principalement des birmans – sont en fait réunis en groupes dans des maisonnettes ou sous les arbres. Une volée de marches vers le bas nous mène à travers un dédale de magasins vendant de tout et n’importe quoi, dont des remèdes, potions et autres produits médicaux à base d’animaux… dont certains « trophées » sont exposés. Beurk! Après avoir fait le tour du lieu, on reprend le chemin de descente en sens inverse (3h de temps), sur lequel nous aurons de nouveau droit à beaucoup d’attention. Deuxième soirée passée au son du prêche du moine par haut-parleur et souper dans un bistrot non loin de l’hébergement. Départ en bus demain pour rejoindre la région du lac Inlé!

img_20160326_26440.jpg
Pagode Botataung : Olivier s’attire la chance en versant 5x de l’eau sur bouddha et 5x sur la souris (pour ceux nés le jeudi)
img_20160326_27695.jpg
Pagode Botataung : même chose pour Elodie, 5x de l’eau sur bouddha et 5x sur le dragon (pour ceux nés le samedi)
img_20160326_28283.jpg
Pagode Botataung
img_20160326_29546.jpg
Stûpa central de la pagode Sule
img_20160326_28883.jpg
Petit aperçu d’une rue de Yangon
img_20160326_30204.jpg
Homme faisant des sortes de crêpes avec une technique remarquablement efficace
img_20160326_30865.jpg
Pagode Ngar Htatt Kyee : le fameux très beau bouddha
img_20160326_31511.jpg
Pagode Chauzkhtakyi : le bouddha couché avec ses 108 préceptes gravés sous les pieds représentant les 3 mondes bouddhistes
img_20160326_2714.jpg
Pagode Shwedagon 
img_20160326_33300.jpg
Pagode Schwedagon
img_20160326_32622.jpg
Pagode Schwedagon : rencontre avec 3 moines, honorés d’être pris en photo!
img_20160326_3261.jpg
Pagode Schwedagon
img_20160326_25721.jpg
Pagode Schwedagon
img_20160326_2049.jpg
Etals des vendeurs de rues le soir à Yangon
img_20160326_33907.jpg
Gare ferroviaire de Yangon
img_20160326_34515.jpg
Coucher de soleil sur le lac Inya et sa grande roue (pas très animée, semble-t-il)
img_20160326_35101.jpg
Premières bières au Myanmar!
img_20160326_36233.jpg
A Hpa-An, vue sur le sommet Hpar Pu, avec la rivière Twanlwin en premier plan
img_20160326_36871.jpg
Un sport apprécié au Myanmar: le chinlon (ballon en rotin tressé, joué par-dessus un filet mais sans utiliser les bras)
img_20160326_10129.jpg
Au bord de la rivière Twanlwin
img_20160330_6156.jpg
Environs de Hpa-An: grotte de Kaw Ka Thaung
img_20160330_5494.jpg
Environs de Hpa-An: grotte de Kaw Ka Thaung
img_20160330_6719.jpg
Environs de Hpa-An: à l’extérieur de la grotte de Kaw Ka Thaung
img_20160330_7263.jpg
Environs de Hpa-An: chemin menant au village de Lat Ka Na, jolie vue sur la campagne environnante
img_20160330_8619.jpg
Environs de Hpa-An: après la traversée de la grotte de Saddan à pied, retour en barquette
img_20160330_9354.jpg
Notre barquette « privée »
img_20160330_1019.jpg
Environs de Hpa-An: l’un des bassins des Waterfall. Vous avez trouvé « l’intrus »?
img_20160330_10720.jpg
Environs de Hpa-An: notre destrier pour cette belle journée
img_20160330_11291.jpg
img_20160330_4679.jpg
Environs de Hpa-An: grotte de Kaw Gone
img_20160330_11882.jpg
Environs de Hpa-An: grotte de Kaw Gone
img_20160330_14473.jpg
Environs de Hpa-An: des p’tits singes pour Léonore
img_20160330_12547.jpg
Environs de Hpa-An: des p’tits singes pour Léonore
img_20160330_13124.jpg
Environs de Hpa-An: campagne environnante depuis un point de vue vers la grotte de Kaw Gone
img_20160330_13754.jpg
Environs de Hpa-An: campagne environnante depuis un point de vue vers la grotte de Kaw Gone
img_20160330_15269.jpg
Environs de Hpa-An: paysage verdoyant le long de la route
img_20160330_15977.jpg
Environs de Hpa-An: le monastère du lac, depuis la rive
img_20160330_7938.jpg
Photo insolite à la pagode U Zina de Malamyine
img_20160330_16928.jpg
Bouddha de bambou tressé
img_20160330_20113.jpg
Pagode Kyaikthalan à Mawlamyine
img_20160330_18222.jpg
Pagode Kyaikthalan à Mawlamyine
img_20160330_18817.jpg
Vue sur le monastère Kyaung Seindon Mibaya
img_20160330_17660.jpg
Chouette photo à la pagode Mahamuni à Mawlamyine
img_20160330_19451.jpg
Amoncellement de toits (stûpa, allées, petits temples) à Mawlamyine
img_20160330_20725.jpg
Avec les mariés, durant la montée vers le Rocher d’or
img_20160330_21392.jpg
« L’enfant et l’ananas »… On sait enfin comment poussent ces derniers!
img_20160330_2232.jpg
Le fameux Rocher d’or
img_20160330_22700.jpg
Le Rocher d’or et ses clochettes porte-bonheur
img_20160330_24135.jpg
Chemin de montée et de descente pour le Rocher
img_20160330_23428.jpg
Habitation le long de notre trajet pour le Rocher
Publicités

Bai Tu Long, Hanoi, Hô Chi Minh

Départ de l’hôtel à Hanoi pour aller jusqu’à la ville de Along (ou Halong) située au bord de la mer. En route, nous demandons au chauffeur s’il est possible plutôt de nous déposer à la gare routière de Bai Chay, devant laquelle on est sensés passer de toute façon (et ça se fait comme ça avec les bus asiatiques en général… outre les arrêts normaux, il suffit de demander au chauffeur pour qu’il s’arrête ailleurs), parce que ce sera plus pratique pour la correspondance. « OK! OK! », on se dit que ca doit être en ordre. C’est seulement une fois qu’on nous demande de sortir du bus sur une pseudo-île blindée de touristes, de mini-bus et d’agences pour des excursions dans la Baie d’Along, qu’on se dit que ça va se gâter. On nous demande, gentiment mais fermement, de bien vouloir sortir, car il s’agit en fait d’un bus pour une excursion à la journée pour tous les autres passagers… (on remercie au passage l’hôtel, par qui nous avions réservé, et à qui nous avions répété plusieurs fois que nous ne voulions pas aller à la baie, mais à la ville… bref, on sait maintenant que ça joue mieux quand on se débrouille par nous-mêmes☺).

Après discussion avec la responsable pour voir si on peut s’arranger, sa réponse est sans appel: vous n’avez qu’à prendre un taxi pour continuez! C’est ce que nous allons faire, après une grosse frayeur, en nous rendant compte qu’il manque un de nos sacs à dos😨 Il se trouve finalement qu’il a été déplacé dans le coffre arrière. Le taxi nous conduit donc à Bai Chay, où nous sautons dans le bus pour l’île de Van Don et la localité de Cai Rong. En route, on nous dépose dans une petite guingette en nous expliquant par de grands gestes que nous devons attendre là et qu’un autre bus va passer nous prendre. Effectivement, quelques minutes plus tard, un autre bus arrive et on embarque dans celui-ci, ou on nous demande de payer la course pour la totalité du trajet… ce que nous avions déjà fait dans le premier bus… Comme nous n’avons pas de billets (et qu’il n’y en a pratiquement jamais!) et que nos rares mots connus de vietnamiens ne suffisent pas à nous faire comprendre, on repaiera une 2ème fois… Une fois arrivés à destination (enfin!), il fait froid, un brouillard bas de plafond diffuse son crachin et la ville paraît en hibernation. On trouve une guesthouse près de l’embarcadère, puis allons faire un tour en ville, lors duquel une petite fille qui parle quelques mots d’anglais nous demande de la prendre en photo. Durant la soirée, nous essayerons plusieurs fois d’obtenir notre visa pour le Myanmar (prochain pays visité, qu’il n’est pas possible de rejoindre par voie terrestres a part depuis la Thaïlande et pour lequel le visa doit être demandé préalablement), de réserver les billets d’avion et la chambre à Rangoon… faute de batteries sur nos différents appareils et ayant des cartes de crédit qui ne fonctionnent pas, on se couchera au final sans avoir rien pu confirmer ou réserver…

Le lendemain commence par les mêmes activités que la soirée précédente. On met à recharger la tablette à la réception de l’hôtel et c’est depuis là qu’on fera tout notre « administratif ». Au passage, on profite de téléphoner en Suisse pour nos problèmes de carte, l’une d’entre elles peut à nouveau être utilisée… Pour l’autre, l’appel réalisé fera certainement un très bon cas d’école pour les prochains cours de « réclamations clients » de l’entreprise. On vous passe les détails, mais franchement, on n’avait jamais vu ça! A la place de prendre un vol Hanoi – Rangoon (où il y a de toute façon une escale), on décide de splitter nous-mêmes le trajet et de passer quelques jours à Hô Chi Minh (= Saigon, au sud du Vietnam et… au chaud!)
La suite de la journée se passe sous de nettement meilleurs auspices! Départ en ferry local pour l’île de Quan Lan, accompagné d’une série vietnamienne à la télé dont le volume est réglé au maximum (ceci aura eu le don de faire fuir les 2 seuls autres touristes du bateau, alors que nous étions encore au port). 2h30 de navigation au milieu des pains de sucres karstiques verdoyants delà Baie de Bai Tu Long, noyés dans le brouillard et le crachin. Ambiance… Une fois arrivés sur l’île, on trouve pour dormir dans la ville du même nom, on doit y être les seuls touristes! Petit tour de la ville, passage au marché local et à la pagode.

L’île est surtout visitée par les touristes (notamment vietnamiens) en été pour ses magnifiques plages et c’est son attrait no 1. Puisqu’on ne peut pas en profiter et que le but de l’excursion était quand même principalement de pouvoir naviguer au milieu de ces décors, on repart le lendemain, avec le ferry pour Along. A tout pile 7h00, départ avec un meilleur temps, pas de soleil, mais nettement moins de brouillard et plus du tout de pluie. Du coup, on aperçoit beaucoup mieux les magnifiques paysages de la Baie d’Along, les villages de pêcheurs nichés le long des îles, et on comprend pourquoi le site est inscrit au patrimoine de l’Unesco. Au final, on aura vu et même traversé la célèbre baie, sans avoir recours à une agence touristique hors de prix😀 On reprend ensuite un bus direct pour Hanoi (cette fois-ci sans encombres), assis tout à l’arrière et envahis par de discrètes odeurs et coulures de poisson. C’est dans ces cas-là que l’on se rend compte de l’utilité du sac de protection pour nos sacs à dos. Une fois à Hanoi, vu que nous avons un peu de temps, nous allons visiter le Musée de la révolution qui, comme celui de Dien Bien Phu, répertorie un nombre incalculables d’objets, mais ne fournit malheureusement pas beaucoup d’informations.

Après une courte nuit (réveil à 4h30), direction l’aéroport pour prendre notre vol interne. Pas de problème pour le check-in et le passage de sécurité, mais le vol est retardé de presque 2h00 à cause du mauvais temps. Une fois à Hô Chi Minh, on prend le bus pour le centre et on dépose nos affaires avant d’aller faire un tour en ville. Le trafic est intense, un peu comme à Pnom Penh, et il y a de nombreux parcs et espaces verts. La ville compte aussi de très nombreux grattes-ciel et hotels luxueux, qui contrastent étrangement avec les petits immeubles aux murs décrépis.
La journée du lendemain est consacrée à une balade dans le centre-ville, entrecoupée de quelques pauses shakes et cafés afin de tenir le rythme. Un passage par différents parcs, la pagode de l’empereur de Jade, des marchés, l’opéra et la cathédrale Notre-Dame. Essouflante et trépidante, voilà deux mots qui résument bien nos impressions.

Après le centre-ville, place le jour suivant au quartier chinois ou Cholon. Pas mal de marche pour le rejoindre, par contre, une fois sur place, les visites s’enchaînent : plusieurs pagodes, temples, églises… certains ont plus de charme que d’autres et leurs états de rénovation/conservation est aussi fortement variable. On visite ensuite le marché de gros de Bing Tay, où l’on ne se sent pas hyper à l’aise, car on a toujours l’impression de se trouver sur le chemin des acheteurs et/ou grossistes, qui circulent dans de minuscules allées. Souper dans un petit restaurant populaire juste à côté de notre hôtel.

Dernière journée en ville que nous débutons par un tour à la foire du livre locale, où nous ne trouverons pas de livre en français (et seulement quelques-uns en anglais). Ensuite, visite du jardin botanique et de son zoo… un peu dur de voir certains de ces animaux dans de si petites cages! Une fois les sacs récupérés à l’hôtel, on reprend un bus en direction de l’aéroport où on va passer la nuit dans un hôtel tout à fait charmant à proximité (lumière rouge dans la chambre et miroir sur les murs!).

On a eu énormément de plaisir à découvrir ce pays qu’est le Vietnam. Contrairement à ce que l’on nous avait raconté, on a rencontré des gens vraiment sympathiques et souriants tout au long de notre séjour. Seul regret, ne pas avoir pu profiter davantage des superbes paysages en raison du brouillard souvent présent à cette période. C’est donc avec plaisir que l’on y reviendra si l’occasion se présente!
Demain, départ pour Rangoon au Myanmar😃 On se réjouit!

img_20160321_28538.jpg
Baie de Bai Tu Long
img_20160321_29214.jpg
Baie de Bai Tu Long
img_20160321_27428.jpg
Baie de Bai Tu Long
img_20160321_2825.jpg
En vogue pour Quan Lan
img_20160321_26879.jpg
Baie d’Along – village de pêcheurs
img_20160321_26342.jpg
Baie d’Along
img_20160321_25826.jpg
Baie d’Along
img_20160321_29890.jpg
Sur le bateau pour Along
img_20160321_25304.jpg
Des recommandations bien utiles au moment de recevoir nos billets pour le vol interne : « ouvrez ou fermez les portes de sécurité seulement sur instructions des membres d’équipage »
img_20160321_22356.jpg
Ancien hôtel de ville de Hô Chi Minh
img_20160321_2170.jpg
Cathédrale Notre -Dame (Hô Chi Minh)
img_20160321_18375.jpg
Église kitsch et rose -aussi à l’intérieur- à Hô Chi Minh
img_20160321_20400.jpg
Affiches de propagande à Hô Chi Minh
img_20160321_19717.jpg
Dans les rues de Hô Chi Minh
img_20160321_1929.jpg
img_20160321_24713.jpg
Vue sur les grattes-ciel (Hô Chi Minh)
img_20160321_2446.jpg
Un en-cas savouré comme il se doit : baguette et fromage bleu… et chocolat au lait pour le dessert!
img_20160321_23458.jpg
Vue sur le port et les grattes-ciel (Hô Chi Minh)
img_20160321_22945.jpg
Vue sur les grattes-ciel (Hô Chi Minh)
img_20160321_21726.jpg
Repas du pingouin!
img_20160321_17760.jpg
Temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh)
img_20160321_17168.jpg
Détail d’un temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh)
img_20160321_16494.jpg
Détail d’un temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh)
img_20160321_15152.jpg
Intérieur d’un temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh), avec des batons d’encens en spirale
img_20160321_14402.jpg
Détail d’un temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh)
img_20160321_1379.jpg
Temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh)
img_20160321_11667.jpg
Détail d’un temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh)
img_20160321_15865.jpg
Un retour dans le passé sur un étal de rue!
img_20160321_13752.jpg
Lampes en papier de soie, encore…
img_20160321_12435.jpg
Récupération de toutes sortes
img_20160322_30181.jpg
Petit aperçu du trafic à Hô Chi Minh
img_20160322_29463.jpg
Au jardin botanique de Hô Chi Minh
img_20160322_28714.jpg
Au jardin botanique de Hô Chi Minh
img_20160322_27936.jpg
Notre charmante chambre d’hôtel près de l’aéroport

Dien Bien Phu, Lai Chau, Sapa et Hanoi

Après une seule nuit sur place à Muang Khoua (Laos), lever tôt le matin afin de prendre le bus pour le Vietnam. En principe, il devait partir à 7h, mais un papy arrive en scooter pour nous informer qu’il y a des ennuis mécaniques et que nous devrons atte! Retour à la guesthouse pour un peu de lecture et l’écriture du début du présent post.

Après ces quelques rebondissements, le bus arrive et il est déjà pratiquement plein. On arrive à se faufiler au fond et à se dégoter deux places libres… chanceux et un brin opportunistes, on ne va pas se mentir, d’autant plus que certains feront finalement l’entier du chemin debout… On y retrouve des français rencontrés sur un précédent trajet et faisons la connaissance de deux québécois très sympas! Le passage de la frontière lao-vietnamienne se passe sans problèmes, avec de grands sourires des douaniers et pas de contributions supplémentaire à régler cette fois-ci. Bon, il faut dire que le visa d’entrée était déjà dans la poche et qu’il s’agissait simplement de le faire valider par le timbre indiquant la date de notre entrée sur le territoire.

Arrivée à Dien Bien Phu, première escale de notre périple au Vietnam, en milieu d’après-midi. Une fois la chambre trouvée, petit tour rapide en ville avant le souper, durant lequel on se fait accoster par trois jeunes collégiens vietnamiens (17 ans). Ils étaient à la recherche de touristes afin de pratiquer leur anglais! On a finalement passé près d’une heure à discuter avec eux de tout et de rien. Et on a même eu droit, en plus, à une démonstration de danse, de kung-fu et de nombreuses explications sur l’histoire de la ville. C’était vraiment chouette et totalement inattendu.

Dien Ben Phu ne présente pas un grand intérêt sauf pour le passage de la frontière et le fait qu’il s’agit d’un lieu important dans l’histoire de la guerre en Indochine (dernier combat contre les français,  gagné par les vietnamiens). Du coup, vu que le papy du bus du matin (vous suivez?) nous avait dit qu’il y avait un bus de nuit pour rejoindre notre prochaine escale à Sapa, c’est celui que nous avions prévu de prendre. Heureusement, qu’on préfère vérifier par nous-mêmes… le dernier bus de la journée part à 13:15 et il n’y en plus après. Les gens sont tout content de pouvoir nous aider quand on leur pose des questions, mais on a déjà remarqué quelques fois que ça pouvait ne pas jouer😀 Après c’est difficile de savoir qui a mal compris… on est certainement aussi des fois complètement à côté de la plaque! Pour faire suite à cette vérification qui s’avère finalement bien utile, on décide de visiter le musee de la ville. En chemin, nous tombons sur une équipe de cameramans qui nous filment en train d’arriver. Puis, ils nous demandent (en vietnamien et par gestes) s’ils peuvent continuer à nous filmer en gros plan, pendant qu’on regarde le paysage. Il doit s’agir d’un film publicitaire réalisé dans le cadre du Ban Flower Festival (qui se rapporte à une très vieille histoire romantique entre deux jeunes gens et qui a comme symbole des fleurs – si nous avons compris les explications des étudiants)… si vous le trouvez par hasard sur le net: vous pouvez partager! On a cherché, mais rien trouvé pour le moment…😂

Le musée contient un nombre impressionnant d’objets se rapportant à la célèbre bataille de la ville: du pied de table, à la mitraillette, en passant par le porte cure-dents et divers tracts incitant les français à se rendre. Juste en face, on visitera encore le cimetière Vietminh et la colline A1 (pour les vietnamiens) ou Eliane (pour les français). Ensuite, embarquement dans le bus local, depuis lequel nous constatons que les montagnes deviennent plus hautes et plus anguleuses. Par contre, toujours la même -triste- constante, de nombreuses forêts défrichées et brûlées, ainsi que plusieurs barrages le long des rivières. On arrivera en début de soirée à Lai Chau, ville étape dans laquelle nous allons passer la nuit, qui s’étend sur plusieurs kilomètres, mais qui semble complètement vide, sentiment renforcé par le fait de rouler sur une avenue de 4 x 2 pistes où il n’y a que quelques véhicules. On soupera dans un p’tit bistrot à côté de la guesthouse avec un jeune qui ne parle pas anglais… mais qui voulait absolument s’installer vers nous!

Départ en trombe le lendemain matin pour Sapa, puisqu’il n’y a finalement pas de bus à 9:00,  mais à 8:00 et qu’il est 8:02… vu que la précision vietnamienne ne concurrence pas encore la suisse, on arrive à monter dans le bus de justesse, avant d’attendre un bon quart d’heure supplémentaire sur place. On passe ensuite par le col de Tram Ton (le plus haut du pays a 1900 mètres d’altitude), pour plonger directement dans le brouillard de l’autre côté qui nous accompagnera jusqu’à la ville, où nous aurons un peu de mal à nous repérer dans ces conditions (heureusement l’application Maps me est fonctionnelle – il sagit du même principe que le GPS).

On se fait directement attrapé par un homme qui insiste pour nous prendre en photo, puis par une femme de l’ethnie H’Mong qui nous propose de passer la nuit dans son village. On prend son numéro de téléphone au cas où, mais plus par politesse qu’autre chose… Après quelques centaines de mètres, c’est la consternation! On se fait attirer de toutes parts par les femmes de ces es ethnies pour dormir dans leur village ou pour nous vendre des babioles. Certaines ont l’air d’avoir été faites maison, mais la plupart proviennent de grossistes, puisqu’il s’agit des mêmes que nous avons déjà vu sur de nombreux marchés, au Laos notamment. Pour le côté typique et authentique, c’est raté! On trouve une guesthouse qui a l’air pas mal, mais ils n’ont plus de chambres… on se rabat donc sur le dortoir (on apprendra par la suite avoir eu de la chance de trouver du premier coup, certains sont passés dans 15 endroits avant de tomber sur la perle rare).

Visite de la ville entre soleil et brouillard, et un temps plutôt frais, pour ne pas dire glacial à notre arrivée. La doudoune est de sortie! Pour l’anecdote, il a même neigé moins de deux semaines avant notre arrivée,  avec de graves conséquences pour les agriculteurs du coin, puisque de nombreuses bêtes (buffles et vaches) sont mortes de froide. Grimpette jusqu’en haut d’une colline qui comporte un « Garden Park » (ce dernier nous laissera dubitatif) et qui a le mérite, au moins, d’offrir un joli point de vue sur la ville, à défaut du Fansipan (sommet le plus haut du pays a 3143 mètres, mais qui se trouve emmitoufflé dans un voile nuageux). Comme vous l’avez compris, on n’est vraiment pas enthousiasmés par le lieu et son atmosphère, si bien qu’on décide de le quitter directement le lendemain. On avait prévu de faire quelques treks dans les villages alentours, mais il semblerait que cela se rapproche plus d’une balade à Disneyland que d’une rencontre avec des ethnies montagnardes; c’est pourquoi on a préféré renoncer.

Réveil au dortoir et préparation du sac… c’est après que nous allons rencontrer un problème, puisque la porte de sortie de l’hôtel est fermée par un cadenas de l’intérieur et qu’il n’y a personne à la réception. Nous avons du temps, mais une fille nous rejoint et son bus est 30 min. plus tard. Faute d’avoir trouvé la clé pour ouvrir à la réception et que les fenêtres ne s’ouvrent pas non plus, Olivier « s’invitera » chez la propriétaire pour la réveiller! Un temps un peu plus chaud, moins de brouillard et, tout à coup, la ville a quand même un peu plus de charme. On prendra quand même notre bus-couchette qui nous mènera en 6 heures tout pile à la capitale: Hanoi (et ses 7.6 millions d’habitants… un monstre vus de nos yeux de « p’tits suisses »!). Prise de la chambre, une sorte d’attique situé juste au-dessus de la réception de l’hôtel, assez bas de plafond (heureusement qu’Olivier ne fait pas quelques centimètres de plus), puis nous partons nous balader autour du Lac Hoan Kiem. Ça commence à devenir une habitude, puisqu’on se fait à nouveau accoster par deux jeunes qui souhaitent parler avec nous pour perfectionner leur anglais, hummmm. Quand on les entend parler, on se demande parfois si ce ne serait pas à nous de nous perfectionner! Ils sont ébahis devant les images de montagnes suisses qu’on leur montre, très rigolos😄 On termine la journée par une balade au marché de nuit, une bière locale (Bia Hoi) dans le « quartier » des bières et des animations au coeur de la vieille ville.

Apres une nuit étonnamment reposante (il y avait encore de nombreuses animations dans les rues à notre retour le soir d’avant), on part à pied dans la vieille ville, armés de nos plans, afin de suivre les tracés proposés. Départ près du temple Ngoc Son, puis nous nous perdons dans les différents quartiers. C’est surprenant, car les corps de métier sont répartis par quartier; on passera dans celui des ferblantiers, des miroitiers, des herboristeries, des soieries, des boutiques de fausses fleurs, etc.

La ville a beaucoup de charme et de cachet et nous sommes surpris à chaque coin de rue par de nouvelles choses! C’est également à chaque coin de rue, et directement dans les rues de façon générale, que nous sommes happés par le trafic… il y a des scooters partout. Ça circule sur les trottoirs, à contresens, lorsque le feu est rouge, et ça requiert une concentration de tous les instants. On avait déja vécu un peu la même chose à Phnom Penh, mais rien de comparable depuis!  Une fois la balade terminée, nous visitons l’ancienne prison de Hoa Lo qui a été construite par les colons français afin d’y emprisonner dans d’atroces conditions les prisonniers politiques. Elle a ensuite servi au Vietnam, pour y enfermer les pilotes américains capturés durant la guerre. Au final, il nous manquera un bout de l’histoire, puisqu’on s’est fait jeter dehors -poliment- par le gardien car il était l’heure de la fermeture. Même programme que le jour précédent pour terminer la journée.

Réveil sportif pour les uns… puis départ pour le mausolée Ho Chi Minh qui abrite le corps du père de la révolution. Après avoir constaté que la file d’attente s’étend sur pratiquement un kilomètre (!!!), on renonce à l’idée. Visite de la pagode Tran Guoc, du temple de Quan Tank situé à quelques pas et, finalement, du temple de la littérature, où des étudiants fêtent la remise de leur diplôme par des cris et des photos officielles (et celles, moins officielles, des touristes). Il s’en suit une tournée des agences de location de motos pour visiter éventuellement le Nord avec ce moyen de transport. Autour d’un jus de fruits frais (non, on ne boit pas QUE de la bière!), nous décidons finalement d’aller directement à la baie de Tulong en bus. Selon les informations que nous avons trouvées, cette baie est située tout près de la célèbre baie d’Halong et présente un intérêt supplémentaire à nos yeux: nettement moins de touristes! Si l’envie nous en dit, nous reviendrons une prochaine fois afin de visiter en profondeur le nord-vietnam (pays que nous n’avions au départ pas planifié dans notre voyage).

Salutations à tous depuis le bout du monde… où on se dit que les températures s’approchent dangereusement de celles de la Suisse😊

img_20160319_28600.jpg
Marché de Dien Bien Phu
img_20160319_29327.jpg
La colline A1 ou Eliane
img_20160319_29939.jpg
Rizières sur la route menant à Sapa
img_20160319_30573.jpg
Comme un air de printemps (ou de Japon) à Sapa
img_20160319_31252.jpg
Vue de Sapa depuis la colline
img_20160319_32419.jpg
Le mont Fansipan guignant à travers les nuages
img_20160319_31846.jpg
Une petite bière pour la route…
img_20160319_3381.jpg
Vieille ville de Hanoi de jour…
img_20160319_33739.jpg
… et de nuit
img_20160319_34438.jpg
Temple bien kitsch, caché dans une minuscule ruelle à Hanoi
img_20160319_35162.jpg
« Amas » de fils électriques… mais c’est comme ça partout!
img_20160319_35910.jpg
Un chargement qui, on l’espère, est bien attaché!
img_20160319_36609.jpg
Vendeuses au marché Dong Yuan de Hanoi (vraiment typique)…
img_20160319_37270.jpg
… et des piments bein colorés, au même marché.
img_20160319_37934.jpg
Lampes en papier de soie
img_20160319_38657.jpg
Pagode Tran Quoc

Luang Prabang, Phongsaly, Hatsa, Muang Khoua

Nous débutons par une journée à pied dans la ville de Luang Prabang, dont nous tombons sous le charme… de jolies maisonnettes traditionnelles en bois, de nombreux Wat et de sympathiques quartiers remplis de verdure. Bon, une grande partie des maisons est transformée en guesthouse, mais il n’empêche que tout est réalisé de façon relativement harmonieuse. A noter que la ville est classée au patrimoine mondial de l’Unesco. En fin de journée, nous grimpons jusqu’au sommet du mont Phousi situé en plein coeur de la ville, et depuis lequel il y a une belle vue sur les alentours. Afin de nous remettre de cette ascension (!!!), petit stop dans un sympathique restaurant avec vue sur la riviere, en sirotant un verre de shake (mango-cannelle : incroyable!) ou une bière Lao. Nous avons également profité de procéder à un échange de livre afin de nous procurer le guide de voyage pour le Népal. En effet, nous sommes partis uniquement avec les guides des premiers pays visités et achetons ou échangeons ceux que nous avons pour trouver les suivants. Même chose pour les livres de lecture, et nous en avons déjà terminés plusieurs, dont de sacrés pavés (merci à Noémie et Marie pour le conseil de lecture: « La vérité sur l’affaire Harry Québert »; on a tous les deux adorés😁).

Durant le deuxième jour, rebondissement! Après mûres réflexions et plusieurs discussions avec d’autres routards en vadrouille, on s’est finalement décidés à faire un tour du côté du Vietnam, mais uniquement au Nord (ce qui n’était pas prévu dans notre voyage au départ). Étant donné qu’il y a un consulat du Vietnam à Luang Prabang, nous nous rendons sur place afin de faire une demande rapide de visa (1j au lieu de 3j), car il est impossible pour les suisses de l’obtenir directement au passage de la frontière. Ensuite, location d’une moto pour la journée afin de partir explorer les environs. Nous nous rendons aux grottes de Pakhou situées quelques encablures plus au nord, lesquelles sont remplies de centaines de statuettes de bouddhas dorés, de toutes les tailles et éparpillées un peu partout. Puis, nous redescendons plus au sud de la ville pour aller voir les chutes de Kouang Si. Magnifique endroit, où l’eau d’un bleu opale s’écoule en escaliers et forme de petits bassins où il est théoriquement possible de se baigner. Il s’agissait d’une journée un peu couverte et fraîche et nous n’avons pas eu le courage d’y plonger… il faut dire aussi que nous n’avions pas pris nos maillots!

Notre troisième et dernière journée à Luang Prabang a commencé de façon étrange, puisque l’on s’est fait « imposer » un déjeuner à la guesthouse, avant de devoir patienter 30 min pour pouvoir le payer. Après cette intermède frustrant pour notre patience (qui, bien qu’elle ait été légèrement améliorée depuis quelques temps, se trouve encore avoir une limite), nous partons visiter le temple de Wat Xieng Thong. En chemin, échange d’un livre pour obtenir un guide du Vietnam et nous allons chercher nos passeports dûment visés au consulat. Après cela, nous prenons le ferry local pour traverser le Mekong (encore lui!), afin de visiter les temples de Wat Chompet, perché sur une colline, et celui de Long Khoun, avec de belles fresques, quoique un peu détériorées par le temps. Retour en ville et départ pour la gare routière afin de prendre le bus local de nuit pour Phongsaly. On a d’abord tout chargé sur un mini-van, avant de tout redescendre pour aller dans un plus gros bus. Temps de trajet estimé entre 14 et 17 heures. Après pile 14h de trajet (interrompu aux environs de 2h du matin, quand il a fallu descendre pour que le bus dépasse de façon un peu scabreuse un camion en panne au milieu de la route) et avoir essayé de dormir + ou – durant le voyage, nous arrivons à Phongsaly bien fatigués. C’est pourquoi nous trouvons directement une guesthouse, où nous nous reposons jusqu’à midi. Après avoir réservé un trek de 3 jours (au lieu de 2 jours que nous pensions faire initialement, car il n’y a pas de guides disponibles), avec deux allemands, nous partons faire quelques pas en ville. Tournoi de pétanque (avec forte consommation de bières…), vieille ville, lac artificiel et petite colline (le mont Phou Fa, 843 marches d’escaliers pour accéder au stupa situé au sommet… oui, on a compté!), composent la bourgade. En retournant à l’agence de treks pour demander s’ils pouvaient transférer nos sacs à Hatsa (la ville d’arrivée de la marche) afin d’éviter un aller-retour, nous constatons une erreur sur le trek et sur le prix… env. 30.- de remboursés! Et nous pouvons laisser nos sacs directement à Hatsa nous-mêmes, car le départ se fera aussi finalement de cette ville.

Lever aux aurores pour être au rendez-vous au taquet à 7h15 tapantes devant l’agence. Rencontre avec nos deux compagnons allemands, Michael (étudiant en physique) et Lukas (étudiant en médecine). Départ en tuk-tuk, puis bus local et enfin pirogue sur la rivière Nam Ou, qui est devenue un lac de barrage. Il y en a de nombreux dans la région et tous sont exploités et ont été construits par le gouvernement chinois. Ce dernier vend ensuite l’électricité au Laos pendant un certain temps, avant de céder lesdits barrages 20-25 ans plus tard. Le repas est pris en cours de route sur une feuille de bananier (sticky rice = riz collant, poisson, un peu de viande et légumes) avant de traverser à pied 10 fois une petite rivière et d’arriver ensuite au village de la tribu Akha où nous allons passer la nuit chez le chef du village. Lukas se charge de l’attraction en jonglant un moment, et laisse ensuite les enfants (et les adultes) s’y essayer. L’un d’eux, le beau-fils du chef, nous invite à boire le thé dans sa maison… avant de passer au lao-lao! Nous constatons soudain qu’ils sont en train de préparer le souper pour nous, alors que nous devons manger chez le chef… belle méprise! Le guide averti, nous poursuivons finalement la soirée chez le beau-fils (sticky rice, poisson, un peu de viande et légumes) avant de retourner chez le chef pour la nuit, où nous allons dormir entassés à 5 sur 3 paillasses.

Debouts pour le lever du soleil, par la force des choses (cris d’enfants, de coqs, de chiens, de buffles, de poules et de cochons), nous entamons la journée par un copieux petit-déjeuner (sticky rice, poisson, un peu de viande et légumes), avant de saluer le chef et sa famille et de reprendre le chemin pour d’autres villages. La particularité des tribus Akha est la culture du pavot (duquel est tiré l’opium), les vêtements des femmes mariées (plus elles possèdent d’anneaux sur leur coiffe, plus la famille est riche) ainsi que les toits en chaume des maisons (même si cela tend à disparaître au profit des toits en tôle ondulée). Repas de midi (sticky rice, poisson, un peu de viande et légumes) dans la même maison que celle où nous allons dormir le soir-même. Nous laissons Lukas se reposer un peu et partons durant l’après-midi pour voir un autre village en aller-retour, où nous serons chaleureusement accueillis par les enfants… et un peu moins par les chiens. A notre retour, un peu de repos autour de la maison, avant le souper, composé de… vous avez deviné ? Sticky rice, poisson, un peu de viande et légumes, et aussi pas mal de lao-lao. Cela aidant, nous apprendrons même quelques mots de Akha: santé = chipata / merci = neumoumia.😅

Dernier jour de trek et toujours le même repas, y compris pour le déjeuner (sticky rice, poisson, un peu de viande et légumes). Passage dans un village, où nous buvons un thé chez le chef, avant de terminer notre descente au bord de la rivière, un bateau devant venir nous chercher pour nous ramener vers le barrage. Attente ensuite durant 2 heures près de celui-ci pour le bus qui nous ramènera à Hatsa. Des ateliers de tressage de roseaux, dégustation de roseaux, pétanque avec pierres et construction de bancs en bois nous ont bien occupes. Une fois arrivés à Hatsa, après une soupe de nouilles (enfin!), nous prenons congé de nos compagnons et de notre guide, et prenons possession de la chambre, où nous attend une bonne douche froide. Cela a été une expérience incroyable de partager pour quelques temps, la vie de ces tribus qui vivent reculées dans les montagnes. On y a appris énormément de choses et ressortons enrichis par ces quelques jours entre-parenthèse… il est difficile de se rendre compte des différences par rapport à notre vie de tous les jours… mais en voici quelques exemples: lorsqu’il y a des invités dans le village, ceux-ci dorment toujours chez le chef; le souper est pris d’abord par les hommes et les invités, et ensuite par les femmes et les enfants; la grande partie du travail domestique et dans les jardins est réalisée par les femmes, qui s’occupent en même temps des petits enfants qu’elles trimballent partout, pendant que les hommes restent à la maison, souvent pour fumer; il n’est pas rare de dormir à près de 15 personnes dans la même pièce, uniquement séparée par des tiges de bambous; etc… Et merci à nos compagnons d’aventure, qui partageaient le même esprit que nous, cela a aussi largement contribué à ce que nous passions de beaux moments!

Le lendemain matin, après un déjeuner bien gras (des beignets de patate douce), nous prenons le bateau sur la rivière Nam Ou afin de se rendre à Muang Khoua. Effectivement, il s’agit plutôt d’une pirogue sur laquelle on est assis sur des planches de bois. Là aussi, la rivière a été « transformée » en lac de barrage. Dans un magnifique décor de forêts vierges luxuriantes, où l’homme a défriché des pans entiers de montagne, le plus triste a été de voir des villages abandonnés, à moitié engloutis par les eaux… ça laisse songeur et perplexe…

Après 2 heures de bateau et quelques arrêts, nous arrivons au barrage où nous devons débarquer, prendre un tuktuk sur quelques kilomètres, puis retourner dans un autre bateau. Finalement, puisqu’il n’y a pas assez d’eau sur le bas de la rivière (soit après le barrage), on continuera en tuktuk. 8 personnes, dont 2 petits enfants, accompagnés de poules qui nous picoraient les talons (véridique!) et de sacs de poissons séchés (heureusement qu’ils n’étaient pas frais…). On a même été interpellés à coup de « falang! falang! »  (= étranger) par les enfants d’une école proche de la route où nous passions, ce qui a bien fait rire nos compagnons de voyage. A Muang Khoua, nous trouvons une guesthouse très sympa avec chambre donnant sur la rivière, bières lao au karaoké du coin et souper convivial et international (1 polonais, 1 irlandaise, 1 japonais, 2 suisses-allemands – les premiers suisses avec qui nous partageons un moment – et 2 françaises).

On espère que tout va bien du côté de la Suisse et on vous envoie de gros becs!😚

img_20160311_48523.jpg
Une rue de Luang Prabang
img_20160311_5073.jpg
Des bonzes sur le pont de bambous, utilisé à la saison sèche (Luang Prabang)
img_20160311_51424.jpg
Vue de Luang Prabang depuis le mont Phousi
img_20160311_1939.jpg
Vue de Luang Prabang depuis le mont Phousi
img_20160311_397.jpg
La rivière Nam Khan qui borde la ville et se jette dans le Mekong (au premier plan: des étoiles de Noël!)
img_20160311_49299.jpg
Annexe d’une temple à Luang Prabang
img_20160311_2480.jpg
Wat Xieng Thong
img_20160311_3714.jpg
Détail du Wat Xieng Thong
img_20160311_53787.jpg
Grotte supérieure de Pak Ou
img_20160311_53224.jpg
Grotte inférieure de Pak Ou et quelques-unes des nombreuses statues
img_20160311_54386.jpg
Scène d’enfants près des grottes
img_20160311_0425.jpg
Durant la traversée entre le village et les grottes de Pak Ou
img_20160311_5541.jpg
Une peluche que j’aurais bien mise dans mon sac à dos…
img_20160311_5234.jpg
Éléphant au bord de la rivière sur le chemin menant aux grottes
img_20160311_55635.jpg
Travailleur dans les rizières en terrasses…
img_20160311_0964.jpg
… les premières que nous voyons depuis le début du voyage
img_20160311_59268.jpg
Les chutes de Kouang Si: un endroit paradisiaque!
img_20160311_59884.jpg
img_20160311_5878.jpg
img_20160311_57543.jpg
img_20160311_1438.jpg
Coucher de soleil sur les montagnes aux alentours de Luang Prabang
img_20160311_599.jpg
Lessive colorée à Phongsaly
img_20160311_58684.jpg
Le fameux tournoi de pétanque!
img_20160311_4515.jpg
Au sommet du mont Phou Fa
img_20160311_56932.jpg
Départ du trek : « dré dans l’pentu! »
img_20160311_5637.jpg
Dîner sur feuille de bananier, mangé avec les doigts
img_20160311_6262.jpg
Champ de pavots près d’un village Akha
img_20160311_885.jpg
Vue d’un village de la tribu Akha
img_20160311_7493.jpg
Un bien joli tricycle!
img_20160311_6860.jpg
Une des écoles villageoises. .. chaque village en a une!
img_20160311_56299.jpg
Des animaux partout!!!
img_20160311_47649.jpg
Vue d’un village de la tribu Akha
img_20160311_14324.jpg
Vue d’un village de la tribu Akha
img_20160311_13680.jpg
img_20160311_52636.jpg
img_20160311_11373.jpg
Vue d’un village de la tribu Akha
img_20160311_1054.jpg
Une petite fille en habit traditionnel…
img_20160311_9450.jpg
… tout comme cette femme, qui rentre bien chargée!
img_20160311_12464.jpg
Une petite mamie, toute contente qu’on la prenne en photo!
img_20160311_10730.jpg
Autre village, toujours le même genre de tricycle!
img_20160311_11896.jpg
Coucher de soleil depuis l’un des villages Akha où nous avons dormi
img_20160311_8778.jpg
Un enfant au travail dans un champ de pavots
img_20160311_1353.jpg
Embarcadère de Hatsa
img_20160311_50772.jpg
Notre embarcation pour la descente en bateau sur la Nam Ou
img_20160311_14939.jpg
Village englouti par les eaux du barrage sur cette même rivière
img_20160311_15537.jpg
Une embarcation bien plus spartiate que la nôtre

Thakhek (massif de Khamouanne), Vientiane, Vang Vieng

Sachant qu’on a publié le dernier article avec trois jours de retard… vous comprendrez qu’on a à nouveau pleins de choses à vous raconter.

Après nos 10h30 de bus local (où nous avons également testé la gastronomie laotienne de bord de route : morceaux de mangue verte à tremper dans un mélanges d’épices, beignets de fruits, brochettes d’oeufs, etc.), arrivée à Thakhek, ville sans grand charme située au bord du Mekong, mais qui a le mérite de se situer aux portes d’une très belle région.

Dès le lendemain matin, nous nous rendons chez un loueur afin de trouver une moto. La région étant encore moins touristique que les Bolavens (voir post précédent), nous n’avons cette fois-ci pas de problèmes pour trouver notre bonheur. Après un transvasement de sac (vu que nous avons une moto pour deux, le passager arrière à un gros sac avec les affaires pour deux jours, le reste est laissé chez le loueur avec l’autre sac!), nous nous arrêtons déjà quelques kilomètres après la ville pour visiter quelques grottes, dont une particulièrement impressionnante et qui traverse la montagne, celle de Tham Xieng Liap. En l’empruntant, on peut donc passer d’un côté à l’autre sans problèmes. Les visites des grottes laotiennes sont assez particulières car totalement libres. Il y a parfois (mais pas toujours ), un droit d’entrée à payer, mais ensuite, on peut déambuler seuls dans la grotte, où l’on a envie. Pas de barrières ou de chemins balisés, si bien que certains sont tentés de faire tout et n’importe quoi et ne respectent pas grand-chose… La balade continue à travers des paysages montagneux, de massifs karstiques, de jungle et, encore et toujours, de rizières. Et finalement, un lac artificiel assez particulier, d’où ressortent des milliers de troncs d’arbres secs… cela provient du fait qu’il s’agissait auparavant d’une forêt et que celle-ci a été recouverte par les eaux de retenue du barrage construit dans la vallée. Même si le spectacle est de prime abord assez féerique, pensez à la façon dont cela a été conçu rend quand même le tout assez triste!

On terminera la journée au village de Thalang par une promenade dans celui-ci, accompagnés des « Sabaïdi » (= bonjour) des enfants! Soirée barbecue autour du feu très sympa à la guesthouse.

Le lendemain, nous continuons la boucle en direction du Nord quelques kilomètres, toujours en bordure du lac, avant de rebrousser chemin. Cela était deja prévu, car continuer la boucle ne nous semblait pas présenter un grand intérêt (une grande grotte très connue sur la route, Konglor, mais à laquelle on accède par un chemin de piste de 50 km et le retour se fait uniquement par la route nationale). Retour donc à Thakhek après un dernier arrêt dans une petite grotte villageoise où nous serons chaleureusement accueillis par trois femmes. On nous fera même signer le répertoire des visiteurs.

Après une petite nuit, départ avec un bus local à 6h30 en direction de Vientiane. Vous allez dire qu’on n’a pas tellement de chance avec les bus locaux… normalement le temps de parcours estimé est de 6h30. 3h de route plus tard, nous avons avalé péniblement 20km. Le bus a des ennuis de moteur, du coup, dès que le bus suivant nous dépasse (parti une heure après), on change de bus. Arrivée à Vientiane à une gare routière qui n’est pas celle que nous pensions, mais c’est seulement après avoir marché trois bons kilomètres que nous le réalisons. Heureusement, un tuktuk égaré par là viendra à notre rescousse et nous conduira jusqu’à la guesthouse, située tout proche du centre ville.

Le jour suivant, réveil sportif pour Olivier qui s’en va courir le long du fleuve, pendant que je traîne au lit… avec une excuse (mauvaise diront certain-e-s!) : une cloque causée par notre marche en tongs. Journée de visite dans la ville, aux marchés du matin et de Khua Din, puis jusqu’au Wat That Luang (un grand stupa doré), sensé être l’un des plus importants monuments du Laos… mais qui ne nous a pas plus impressionnés que cela. En fin d’après-midi, nous nous rendons vers le Patuxai (sorte de grand Arc de triomphe, à la mémoire des morts pendant les diverses guerres), pour voir le spectacle sons et lumières… il y a bien eu des guirlandes lumineuses en guise de lumière, mais le son n’est jamais venu.

Deuxième journée à Vientiane, que nous débutons par un trajet en bus jusqu’au Bouddhas Park. Ce dernier est constitué d’environ 200 statues en ciment disséminées dans un parc aux allures assez psychédéliques. Il a été conçu par un artiste de la région qui voulait marier sa fascination pour les cultures bouddhiste et hindouiste. A notre retour, visite des Wat du centre-ville, qui est animé à l’occasion de la promotion du patrimoine de la ville. Visite guidée du centre historique avec des étudiants laotiens, quelques étals de bibelots et des démonstrations d’instruments et de danses traditionnels. Peu séduits par l’ambiance de la grande ville, nous la quittons un jour plus tôt que ce que nous avions prévu initialement.

Départ donc le lendemain en mini-bus pour Vang Vieng où nous allons passer trois nuits, deux jours et demi. On ne vous cache pas que nos fesses et nos dos vont se souvenir durant un certain temps de ce trajet chaotique. Positionnés aux places arrières sur les roues par la force des choses (= derniers arrivés, derniers servis), chaques secousses nous parcouraient de bas en haut… conduite au taquet du chauffeur (chauffard…) sur une route défoncée (dixit Olivier)! Arrivée à Vang Vieng après quelques heures de route, prise du bungalow et location d’un scooter pour l’après-midi afin de parcourir le « petit » circuit de la région et voir la chute d’eau – le filet d’eau – de Kaeng Nyui. Comme il nous reste un peu de temps avant la nuit, nous nous perdons dans les villages alentours.

La journée suivante est consacrée cette fois-ci au grand tour, réalisé toujours en scooter. Avant cela, on a commencé tous les deux par des activités sportives : yoga ou course à pied (on vous laisse faire l’attribution!). On attaque la visite par le Blue Lagoon (qui n’a rien à voir avec celui d’Islande qu’on a vu lors de nos vacances il y a de cela quelques années) et la grotte de Than Poukham, le tout dans un décor proche du parc d’attractions. Dîner ‘noodle soup’ dans un petit village, où on insiste pour nous faire goûter la gnole locale (alcool avec du bois qui trempe dedans), puis nous nous rendons à la Golden Flower Cave. Accueil par un sympathique papy qui nous accompagne pour la visite de sa grotte, qu’il entretient à la perfection : en plus d’un joli petit jardin à l’entrée, il enlèvera même des toiles d’araignées à l’intérieur. Comme son nom l’indique, la grotte et ses stalagtites sont constellées de paillettes d’or et d’argent. Juste magique et féerique, on n’avait jamais vu cela!!!

Après une nuit plus que bruyante (les coqs et une fête juste à côté de notre bungalow), on va directement réserver le matin notre billet de bus pour le lendemain, qui nous conduira à Luang Prabang. Arrêt en route pour boire un café… et regardé d’un oeil un épisode de la série Friends. C’est la spécialité locale ici, de nombreux bars et restaurants diffusent les épisodes à longueur de journée. Pour la petite parenthèse, la ville en elle-même est aussi très reconnue pour la fête. Il y a de cela quelques années, l’une des activités principales de la jeunesse touristique consistait à pratiquer le tubbing (descente de la rivière sur d’énormes chambres à air), en s’arrêtant très régulièrement dans les guinguettes situées sur les rives pour y consommer de l’alcool et autres stupéfiants. Suite à de nombreux décès, les autorités ont pris des mesures et interdits cette pratique, mais l’esprit fêtard est encore bien présent.

Pour en revenir à notre journée, une fois l’épisode terminé, nous sommes partis à l’ascension du piton Pha Ngeu (+ ou – 40 min de montée), depuis lequel il y a une jolie vue à 360° sur les alentours. Au retour, un pastis bien mérité pour Olivier, qui en rêvait depuis quelques jours, à défaut d’absinthe…

Nous quittons Vang Vieng en laissant l’argent pour la guesthouse à une autre cliente, faute d’avoir pu trouver notre hôte. C’est après 1h30 à vadrouiller dans les rues de la ville avec le mini-bus, à la recherche de tous les supposés passagers, que nous partons enfin. De beaux paysages s’enchaînent durant la journée, tous comme des villages perchés à flan de montagne. Lors d’un arrêt, une découverte stupéfiante, de l’alcool dans lequel trempent d’énormes pattes d’ours (et un autre où on n’arrivera pas à identifier la bête…). Arrivée à Luang Prabang en fin d’après-midi, petit tour au marché de nuit et… c’est tout pour cette fois-ci! A bientôt pour notre résumé du Nord laotien, des gros becs😚

img_20160224_42519.jpg
Massifs karstiques de Khammouane (est de Thakhek)
img_20160224_45204.jpg
Massifs karstiques de Khammouane (est de Thakhek)
img_20160224_43585.jpg
Grotte de Than Xieng Liap, le long de la route vers Thalang
img_20160224_4361.jpg
Grotte de Than Xieng Liap, le long de la route vers Thalang
img_20160224_44609.jpg
Les « fameux » troncs d’arbre dans le lac du barrage…
img_20160224_4470.jpg
… et au coucher du soleil
img_20160301_11835.jpg
Aperçu des étals du marché Khua Din de Vientiane
img_20160301_12357.jpg
Wat That Luang (Vientiane)
img_20160301_2129.jpg
Bouddhas de toutes tailles dans le cloître du Wat
img_20160301_12886.jpg
Bouddha couché autour du Wat
img_20160301_13478.jpg
Divinité a l’extérieur du temple
dsc05516.jpg
Détail des décorations intérieurs d’un temple à Vientiane
img_20160301_14463.jpg
Le Patuxai et ses « jeux » de lumières…
img_20160301_1537.jpg
Bouddhas Park près de Vientiane
dsc05539.jpg
Bouddhas Park près de Vientiane
img_20160301_20542.jpg
Bouddhas Park près de Vientiane
img_20160301_15671.jpg
Paysage dans les environs de Vang Vieng
img_20160301_16282.jpg
Paysage dans les environs de Vang Vieng
img_20160301_19930.jpg
Paysage dans les environs de Vang Vieng
img_20160301_3816.jpg
Paysage dans les environs de Vang Vieng
img_20160301_3161.jpg
Paysage dans les environs de Vang Vieng
img_20160301_17236.jpg
Paysage dans les environs de Vang Vieng
img_20160301_16774.jpg
Paysage dans les environs de Vang Vieng
img_20160301_4410.jpg
Deux femmes âgées bien chargées dans les environs de Vang Vieng
img_20160301_26.jpg
Paysage dans les environs de Vang Vieng
img_20160301_2513.jpg
Grotte de Than Poukham
img_20160301_18771.jpg
Grotte Golden flower
img_20160301_4930.jpg
Paysage dans les environs de Vang Vieng
img_20160301_5466.jpg
Paysage dans les environs de Vang Vieng
img_20160301_19294.jpg
Vue depuis le sommet du piton Pha Ngeu