6 mois… 

​Eh oui, voilà déjà 6 mois que nous avons quitté notre train-train quotidien pour aller voir ce qu’il se passe sur notre belle planète…

En 6 mois de voyage nous avons visité 8 pays que nous avons parcouru à pied, à vélo, en bus, à moto, en train, en taxi, en scooter, en avion, en pirogue, en ferry, en barque, en mini-van, en tuk-tuk, en métro, en pick-up, en kayak, en téléphérique, en camping-car.

Nous avons parcouru des montagnes, des plaines, des plages, des déserts, des jungles, des rivières, des villes, des océans, des bleds de 3 maisons ou des mégapoles de plus de 20 millions d’habitants, plongé à -20m ou grimpé à +5820m.

Nous avons vu la misère, l’opulence, la corruption, la faim, la joie, la tristesse, l’injustice, la pauvreté comme la richesse, la solidarité, la fierté, la débrouillardise, la technologie, la propreté, l’insalubrité et la pollution. 

Nous avons rencontré des jeunes, des vieux, des femmes, des hommes et des enfants qui n’ont rien mais vous invitent de bon coeur, des gamines qui font 5km pour chercher de l’eau au puit et d’autres qui n’ont que leur smartphone dans les mains, des gamins qui triment dans les champs et d’autres qui dévalisent les magasins de grandes marques.

Nous avons dormi par terre, dans des lits moelleux, sur des paillasses, sur des futons, dans un siège de bus ou d’aéroport, dans un night ferry, dans une hutte d’un chef de tribu à 5 sur trois paillasses ou dans un hôtel de luxe avec piscine, dans un camper sur une aire d’autoroute ou dans le bush avec des milliers d’étoiles à contempler, dans un bungalow dans les arbres ou au bord d’une crique paradisiaque. 

Nous avons subi le vent, la neige, la pluie, le soleil, avons eu chaud (46*), froid (-5*), des coups de soleil, des ampoules, des chutes, des pleurs, des rires, des moments d’abattement, des crevaisons, des pannes d’électricité, des frayeurs, des petits bonheurs simples comme se laver, dormir au chaud ou manger un carré de chocolat, avons négocié, troqué, marchandé, comparé. 

Nous avons déjà vécu 1001 expériences incroyables, fait de magnifiques rencontres, découvert des lieux extraordinaires, contemplé des paysages à couper le souffle, vu des animaux exotiques et goûté des plats savoureux. 6 mois ont déjà passés mais il faudrait plus d’une vie pour faire « le tour du Monde »

Elodie et Olivier 

Publicités

Exmouth à Broome

De Exmouth à Broome, 7 jours, en passant par :

Tom Price, Karijini National Park, Port Hedland, Eighty Miles Beach et Great Sandy Desert.

img_20160717_46794.jpgimg_20160717_48761.jpgimg_20160717_49789.jpgimg_20160717_50498.jpgimg_20160717_5263.jpg

img_20160717_53379.jpg
Mt Bruce dans le Karijini National Park
img_20160717_54143.jpg
Mine de RioTinto, depuis le Mt Bruce
img_20160717_55809.jpg
Au sommet
img_20160717_56668.jpg
Au sommet
img_20160717_58440.jpg
Au sommet
img_20160717_59244.jpg
Au sommet

img_20160717_127.jpg

img_20160717_3811.jpg
Surprise en redescendant depuis le Mt Bruce

img_20160717_2871.jpg

img_20160717_4733.jpg
Pendant la descente
img_20160717_765.jpg
Mt Bruce dans le Karijini National Park
img_20160717_5606.jpg
Hamersley Gorge, Karijini National Park
img_20160717_6301.jpg
Hamersley Gorge, Karijini National Park
img_20160717_7860.jpg
Dales Gorge, Karijini National Park
img_20160717_8538.jpg
Dales Gorge, Karijini National Park
img_20160717_9304.jpg
Dales Gorge, Karijini National Park
img_20160717_1028.jpg
Dales Gorge, Karijini National Park
img_20160717_11536.jpg
Dales Gorge, Karijini National Park
img_20160717_10788.jpg
Dales Gorge, Karijini National Park
img_20160717_12284.jpg
Joffre Gorge, Karijini National Park
img_20160717_1332.jpg
Joffre Gorge, Karijini National Park
img_20160717_1454.jpg
Joffre Gorge, Karijini National Park
img_20160717_14845.jpg
Joffre Gorge, Karijini National Park
img_20160717_15766.jpg
Joffre Gorge, Karijini National Park
img_20160717_16995.jpg
Joffre Gorge, Karijini National Park
img_20160717_18995.jpg
Joffre Gorge, Karijini National Park
img_20160717_17751.jpg
Train routier sur la route vers Port Hedland
img_20160717_19936.jpg
Salines de Port Hedland

img_20160717_21124.jpg

img_20160717_21862.jpg
Tanker au départ de Port Hedland
img_20160717_22551.jpg
Tanker au départ de Port Hedland
img_20160717_23201.jpg
Coucher de soleil à Port Hedland
img_20160717_23825.jpg
Coucher de soleil à Port Hedland
img_20160717_24533.jpg
Industries de Port Hedland
img_20160717_25217.jpg
Industries de Port Hedland
img_20160717_25923.jpg
Eighty Miles Beach (= plage de 80 miles)
img_20160717_26675.jpg
Eighty Miles Beach (= plage de 80 miles)
img_20160717_27445.jpg
Barn Hill
img_20160717_28107.jpg
Barn Hill
img_20160717_31453.jpg
Barn Hill
img_20160717_28816.jpg
Barn Hill
img_20160717_29435.jpg
Barn Hill
img_20160717_30142.jpg
Barn Hill
img_20160717_30805.jpg
Barn Hill
img_20160717_51269.jpg
Cap Gantheaume à Broome
img_20160717_47987.jpg
Cap Gantheaume à Broome
img_20160717_54871.jpg
Cap Gantheaume à Broome
img_20160717_57568.jpg
Cap Gantheaume à Broome
img_20160717_09.jpg
Cable Beach à Broome
img_20160717_1866.jpg
Cable Beach à Broome

 

Perth à Exmouth

Notre séjour australien démarre sur les chapeaux de roues! Prise du van au plus tard à 16h30 et notre avion atterri à 15h30 à l’aéroport de Perth… le temps d’en sortir, de passer le contrôle de l’immigration, de récupérer nos sacs et de passer (sans souci!) le contrôle douanier, on saute dans un taxi et on arrive à… 16h20 montre en mains. Bon, on n’a pas traîné et ce n’était pas bien loin de l’aéroport.

Du coup, la remise des clés et du matériel s’avère un peu expéditive et on sent bien qu’ils auraient préféré qu’on soit en retard et qu’on doive revenir le lendemain. Finalement, on se fait mettre gentiment à la porte alors qu’on regardait pour quelques brochures informatives : on fera sans. On s’aperçoit ensuite in extremis que le support du GPS fourni n’est pas le bon et on arrive à attraper au dernier moment une employée sur le départ… ça commence bien! Vu l’heure et la nuit précédente ainsi que la journée passée dans les avions/aéroports, on n’a pas envie de faire des courses de suite. On s’offre donc un souper au Mc’Do pour cette première soirée au pays des kangourous.

Le lendemain commence donc notre périple, qui va nous mener de Perth à Brisbane, en deux mois (début le 1er juillet, fin le 31 août et env. 12000km). Le but : passer par la côte ouest depuis Perth, remonter ensuite jusqu’à Darwin, avant de descendre au centre vers Alice Springs et le rocher d’Uluru. On retournerait ensuite sur la côte est cette fois-ci pour relier Cairns à Brisbane, lieu de reddition du van. Escale possible à Sydney qu’on rejoindrait par un vol interne avant de quitter le pays.

On ne va pas vous faire cette fois-ci de résumés journée par journée. Déjà, parce que ce ne sera pas forcément intéressant tous les jours et, ensuite, les accès internet étant assez limité, on risque d’avoir de la peine à mettre en ligne les articles. Du coup, ce sera uniquement des étapes, avec quelques anecdotes et les traditionnelles photos… comme ça vous continuez de voyager avec nous 😊

On voyage donc en van, avec kitchenette bien équipée (plaques à gaz, petit frigo, micro-ondes et toaster… ces derniers fonctionnant seulement lorsque l’on est branchés sur une prise) et une place pour manger avec table et banquettes qui se transforment en lit.

Les journées sont rythmées par les différentes visites de villes (ou bourgades), parcs nationaux, balades au bord de mer, arrêts pour voir des points de vue et aussi pour profiter un peu du soleil.

On ne compte pas non plus les heures de route sur des terrains tantôt terreux, poussiéreux, ou en parfait état mais rectiligne.

Les arrêts essence et courses nous occupent aussi régulièrement…. pour le premier, on a déjà constaté d’importantes différences de prix : plus de 75cts au litre jusqu’à maintenant entre le meilleur marché et le plus cher. Ça dépend largement de la situation de la station : ce n’est pas le même prix en plein désert ou en ville. Pour les courses, on fait au mieux en essayant de limiter nos achats… mais beaucoup de choses nous font envie après ces premiers mois en Asie et on n’a pas résisté à faire quelques folies (raisonnables tout de même).

Voilà pour ce premier bout de résumé! On vous envoie nos meilleurs messages depuis l’autre côté du monde… car cette fois-ci, on y est!!! 😀 À bientôt.

De Perth à Exmouth, 8 jours, en passant par :

Fremantle, Lancelin, Cervantes, Nambung National Park (Pinnacles Desert = « Désert des pénitents »), Geraldton, Kalbarri National Park, Denham, Monkey Mia, Carnarvon, Quobba et Coral Bay.

img_20160717_54306.jpg
C’est parti pour 2 mois en van!
img_20160717_59824.jpg
Notre carrosse
img_20160717_55874.jpg
Perth
img_20160717_57372.jpg
Perth
img_20160717_56687.jpg
Perth
img_20160717_5867.jpg
Fremantle
img_20160717_58874.jpg
Lancelin, dunes de sable
img_20160717_2295.jpg
Lancelin, dunes de sable

img_20160717_3737.jpg

img_20160717_342.jpg
Stromatolithes
img_20160717_4681.jpg
Notre souper de luxe… avec en guise de dessert, un morceau de Toblerone !
img_20160717_5681.jpg
Pinnacles Desert
img_20160717_53381.jpg
Pinnacles Desert
img_20160717_7256.jpg
Pinnacles Desert
img_20160717_8167.jpg
Pinnacles Desert
img_20160717_8860.jpg
Falaises près de Kalbarri
img_20160717_9596.jpg
Falaises près de Kalbarri
img_20160717_10298.jpg
Kalbarri National Park
img_20160717_10968.jpg
Kalbarri National Park
img_20160717_11626.jpg
Kalbarri National Park
img_20160717_12352.jpg
Monkey Mia
img_20160717_12938.jpg
Monkey Mia
img_20160717_13487.jpg
Monkey Mia
img_20160717_14194.jpg
Monkey Mia
img_20160717_14866.jpg
Denham
img_20160717_15541.jpg
Denham
img_20160717_16218.jpg
Denham
img_20160717_16966.jpg
Shell Beach, faite de millions de minis coquillages
img_20160717_17744.jpg
Ancienne voie de chemin de fer à Carnarvon
img_20160717_18389.jpg
Carnarvon
img_20160717_1958.jpg
« Blowholes » près de Quobba (cavités rocheuses dans lesquelles la mer s’engouffre pour ressortir sous forme de puissants jets)
img_20160717_5550.jpg
« Blowholes »
img_20160717_19741.jpg
« Blowholes »
img_20160717_20452.jpg
« Blowholes »

img_20160717_21171.jpgimg_20160717_21808.jpg

img_20160717_23952.jpg
Coral Bay
img_20160717_23248.jpg
Coral Bay
img_20160717_22541.jpg
Des termitières géantes…
img_20160717_0775.jpg
… et à perte de vue
img_20160717_24666.jpg
Cap Vlamingh près de Exmouth
img_20160717_1563.jpg
Phare du Cap Vlamingh près de Exmouth

Tokyo

Comme on en a maintenant l’habitude, à notre arrivée à Tokyo, on dépose directement les bagages à notre hôtel. Au lieu de sortir à la gare centrale, on a pu sortir juste à l’arrêt précédent et se trouver ainsi directement vers notre hôtel. Il faut dire que ça nous arrange bien… pour avoir vu avant d’y être la tête et la taille des plans de métro et de train de la ville. On ne compte pas le nombre de stations différentes, ni le nombre de compagnies différentes, ceci autant pour les trains, les métros que les bus. Vu que l’on a toujours notre pass JR valable, on optera en priorité pour les trains JR, quitte à faire un bout à pied. Honnêtement, on ne peut que vous le conseiller, car cela nous a permis d’aller presque partout (hormis au Mt Fuji qui est une ligne privée… on va y revenir).

Donc, en arrivant, après le dépôt de nos sacs, tour dans le quartier de Ueno où se trouve notre hôtel. Petit tour dans le parc local, pour y siroter une bière, passage dans le grand cimetière du quartier, très joliment entretenu, et arrêt au parc pour regarder (du coin de l’oeil) quelques prestations artistiques pas forcément bien exécutées… mais qui ont le mérite d’attirer et de faire rire les enfants! Souper dans une chaîne de restaurant typiquement japonaise, CocoCurry, qui comme son nom l’indique, mitonne uniquement des plats à base de curry. Ça cale, mais ce n’est pas ce que l’on vous recommande au niveau gastronomie japonaise car il y a nettement mieux!

Premier vrai jour sur place. Après quelques vérifications d’ordre météorologique, il s’avère que c’est la journée où le temps s’annonce le meilleur pour les prochains jours… avec peut-être même la possibilité de ne pas avoir de pluie! Du coup, on décide de tenter le coup et de partir pour voir le fameux Mt Fuji. On devra quand même courir jusqu’à la gare, puisque le temps de se décider, il s’est écoulé un moment et qu’il y a quand même pas mal de trajet. Un sprint plus tard, on saute dans le wagon qui s’ébranle quelques secondes plus tard. Pourtant, ce n’est pas l’entraînement des derniers mois qui nous a aidé… Apres plusieurs changements de train, dont le fameux dernier qui est une ligne privée, nous arrivons au village de Kamaguchi-ko, qui permet d’avoir une jolie vue sur la montagne. Pour mettre toutes les chances de notre côté, on rallie (en téléphérique) un petit point de vue en hauteur. Malheureusement, ces sacrés nuages sont toujours là et le sommet ne veut pas se montrer. Après avoir attendus un moment, on s’élance finalement à pied pour la descente et (ironie du sort) c’est en arrivant en bas qu’une trouée dans le ciel nous permet de voir la montagne volcanique du Mt Fuji dans son ensemble. Bon, tellement rapide qu’on n’a pas eu le temps de dégainer l’appareil, mais on l’a vu, juré ! Retour par le même chemin, les mêmes voies, avec un arrêt en fin d’après-midi dans le quartier de Shinjuku où nous montons au sommet de la tour du gouvernement (vrai bon plan, puisque contrairement aux accès d’autres buildings de la ville, celui-ci est gratuit!). Vue imprenable sur la ville et c’est tout aussi extraodinaire de nuit. D’immenses immeubles à perte de vue entourés de grandes étendues noires au centre même de la ville (= les parcs). On soupe finalement de nouilles udon (Olivier a crié : enfin!), avant de faire un tour dans le quartier « chaud » de Kabukicho aux enseignes bien criardes.

Cette deuxieme journée dans la capitale commence par un tour au marché local de Tsukiji, où on arrive juste à temps pour voir les derniers étals encore remplis de poissons, de toutes sortes et de toutes tailles. Un tour aux alentours nous permet de nous rendre compte de la présence de nombreux boui-boui vendant des sushis (frais de chez frais) et autres spécialités du cru. On a testé les friandises à base de pâte de riz assez gluantes et fourrées avec du chocolat, c’est assez particulier. Remontée à pied jusqu’au quartier de Ginza, ses boutiques de luxe… et son magasin Uniqlo où Elodie a failli faire des malheurs. Seule la taille du sac à dos l’a empêchée de remplir son panier d’achats.

Dîner abrité, car oui, il pleut, sur une place assez guindée où l’on regarde passer les costards/cravates et les tailleurs noirs… vêtus de nos pantalons de marche et de nos k-ways. On détonait un peu! Tour près de l’ancien palace et dans le parc attenant, maintenant situé au milieu des buildings, avant de rejoindre un pseudo-musée d’origami… à l’ambiance assez particulière. Ça a rappelé à Olivier ses visites chez Textile Ambiance avec sa maman, mais dans ses souvenirs, il n’y avait pas cette musique classique bien glauque… bref, on n’y est pas restés bien longtemps et on s’est échappé juste avant le fou-rire! La journée / soirée se termine dans le quartier de Akihabara, réputé pour ses nombreux magasins d’électronique en tout genre à destination des geeks de la capitale. Ce qu’on a surtout remarqué pour notre part, ce sont les enseignes lumineuses imposantes sur les immeubles et les affiches de mangas de taille encore plus imposante!

Les jours se suivent et après notre déjeuner traditionnel (dans la chambre, minuscule, mais équipée d’une kitchenette), on rejoint le quartier de Harakuju et ses diverses rues commerçantes, pour tous les styles et surtout tous les budgets! Omote-santo et ses boutiques de luxe à n’en plus finir, Cat Street, boutiques de sport et branchées… mais sans chats… et Takeshita-Dori, qui s’adresse à une clientèle bien plus jeune et féminine. Il y a même un magasin où tout est vendu à 100 yens (= environ 1 CHF). On ne vous raconte pas l’hystérie dans celui-ci et tout ce qu’on pouvait y trouver! Entre l’alimentaire, les produits ménagers, les vêtements et les babioles en tous genres… 6 étages au total! On termine la balade par une visite du parc attenant et du temple qui s’y trouve (Meji-jingu), où c’était bien plus reposant. Fin d’après-midi consacrée à une remontée à pied vers le quartier de Shibuya où on tombe directement sur le célèbre carrefour. Des centaines (milliers?) de personnes s’élancent comme un seul homme pour traverser le croisement de toutes parts. Impressionnant à voir et sympa de participer à ce mouvement de foule (qui s’auto-alimente aussi par son succès)… le tout réglé à la japonaise, donc sans bousculade aucune et avec de nombreux appareils photos au-dessus des têtes! Petit tour dans le quartier, avant un retour à l’hôtel où on profite de faire une lessive… le sèche-linge étant peu utile, on pend tout à travers la chambre. On ne vous explique pas comment il fallait que l’on passe de l’entrée au lit, ou à la salle de bains.

Pour notre dernière journée tokyoïte et sur le sol japonais (déjà!), on repart à pied depuis l’hôtel pour visiter le musée national de Tokyo. Très intéressant, il retrace l’histoire du Japon, avec des oeuvres d’art de différentes périodes. Bien qu’on ne soit généralement pas trop « musée », on l’a trouvé vraiment bien. On s’est baladé ensuite dans les ruelles alentours du quartier Ueno, très chouettes et animées et peut être un peu plus populaires qu’ailleurs en ville. Notre tour nous a emmené ensuite vers le Super Dry Hall, building construit de façon à représenter une bière, puis vers le temple rouge de Senjo-ji. L’un des plus célèbres de la ville, il est aussi le plus touristique, comme en témoignent les centaines de magasins de souvenirs et stands de nourriture aux alentours. Un passage à pied dans Orange Street, puis retour vers le parc Ueno par une rue bien décorée de lampions et autres accessoires multicolores. On repasse ensuite à l’hôtel chercher nos sacs, avant de prendre ensuite le train (en pleine heure de pointe…) pour rejoindre l’aéroport. Vol à 23:45 à destination de Perth en Australie, avec une escale à Kuala Lumpur.

Voilà… deux semaines au Japon et la découverte d’un pays étonnant à l’histoire très intéressante et à la population d’une infinie gentillesse et d’un respect incroyable. On a de la peine à se l’imaginer, et c’est vraiment un cliché, mais le fait que tout le monde se mette en ligne pour attendre le train/métro reflète vraiment la façon dont cela se passe. On a beaucoup aimé et c’est certainement qu’on reviendra une fois pour découvrir d’autres endroits dans le pays et revoir les alpes japonaises par temps dégagé… ainsi que les cerisiers en fleurs, on était malheureusement un poil tard. Même si on a quand même beaucoup aimé, les villes de Kyoto et Tokyo, très différentes : l’une très authentique et l’autre bien plus moderne avec ses énormes buildings. Un très beau pays, qu’on ne peut que vous recommander!

img_20160716_24826.jpgimg_20160716_25426.jpgimg_20160716_25999.jpgimg_20160716_26556.jpgimg_20160716_27115.jpgimg_20160716_2864.jpgimg_20160716_27587.jpgimg_20160716_28589.jpgimg_20160716_29127.jpgimg_20160716_29688.jpgimg_20160716_30253.jpgimg_20160716_30804.jpgimg_20160716_31353.jpg

img_20160716_31882.jpg
Des plats tout en plastique

img_20160716_32457.jpgimg_20160716_32984.jpgimg_20160716_33741.jpgimg_20160716_34256.jpgimg_20160716_34765.jpgimg_20160716_35286.jpgimg_20160716_35872.jpgimg_20160716_36435.jpgimg_20160716_3763.jpg

img_20160716_37655.jpg
Barils de saké
img_20160716_38177.jpg
Un bar à chats!

img_20160716_38779.jpgimg_20160716_39350.jpgimg_20160716_39911.jpgimg_20160716_40921.jpgimg_20160716_41540.jpgimg_20160716_4294.jpgimg_20160716_42590.jpgimg_20160716_4366.jpgimg_20160716_43608.jpgimg_20160716_44170.jpg

Kanasawa, Takayama

Après un trajet en train, on arrive en fin de matinée à Kanasawa. Comme d’habitude, on dépose nos affaires et on part ensuite pour une balade. Direction le marché de Omi-cho où on s’offre 4 pommes pour la modique somme de 5.-. Au Japon, les fruits et les légumes sont incroyablement chers , sauf à de rares exceptions. On a vu une grappe de raisins pour environ 42.- et 10 cerises pour 5.-. Du coup, on s’est rabattus sur le plus avantageux! Il y a aussi beaucoup de poissons, de fruits de mer, de poulpes… ça fait envie! Un tour près du château (fermé au public) et de son parc, dans les rues commerçantes du centre-ville, puis dans le parc japonais de Kenroku-en. On termine par une visite dans les ruelles typiques en bois du quartier de Higashi-Chaya-Gai avant de retourner à la guesthouse pour le check-in et prendre possession de notre chambre avec futons japonais. Un souper de nouilles soba (des nouilles de riz, dans un bouillon, avec divers accompagnements) à proximité pour finir.

Après une nuit qui s’est finalement révélée reposante (beaucoup de bruits le soir d’avant dans le dortoir d’à côté, avec une cloison en « feuilles de papier »), on reprend déjà le train pour nous diriger vers Toyama, ou l’on change pour un train panoramique à destination de Takayama, ville située au coeur des Alpes japonaises. Le temps n’est pas tellement au beau fixe, si bien que les nuages bas nous empêchent de profiter d’une jolie vue. Lorsqu’on arrive en fin de matinée, on profite de réserver directement une excursion pour l’après-midi même afin d’aller voir le village typique de Shirawa-go. Très joli, avec ses toits abrupts de chaume où on a l’occasion d’aller visiter une ancienne demeure, dont les propriétaires sont très sympathiques et nous proposent tous les deux de nous prendre en photo, avant de nous offrir un thé vert. Quand on voit les photos en hiver justement, ça donne envie d’y revenir pour pouvoir skier… il y a une couche vraiment impressionnante de neige. Et vu notre hiver asiatique passé plutôt dans des endroits bien chauds et exotiques, le ski nous manque un peu! A notre retour, on prend possession de nos lits dans le dortoir; l’un d’eux est envahi par les vêtements de l’habitant du dessous et il manque bizarrement l’oreiller. Dans les dortoirs, ça s’est soit très bien passé avec des gens respectueux, soit des fois, ça a aussi été plus compliqué. L’habitude des cabanes de montagne nous a aidé à rester zen!

Déjeuner dans le calme et le silence… tu parles, grâce à une famille coréenne nombreuse et de tous âges, légèrement sans gêne. Tour dans la ville, où l’on retrouve des petites ruelles avec de nombreuses maisons typiques en bois,  où sont maintenant vendus du saké (alcool de riz japonais) et les traditionnels souvenirs. On passe vers un marché de petits stands situés au bord de la rivière, avant de traverser le quartier des temples et d’aller se perdre un moment pour une balade forêt ressourçante. Une exception à nos principes de manger la nourriture locale nous emmènera jusqu’au Mc’Do pour grignoter à midi. Pour l’après-midi, et digérer notre encas, on se rend à la ville de Gero à une heure de train, pour profiter d’un onsen. Il s’agit de piscines thermales, dont l’eau est naturellement chauffées dans des sources. Dans notre cas, on a choisi l’option locale et plutôt que la piscine, on s’octroie une baignade dans une eau bien chaude (env. 40°) au bord de la rivière dans un petit bassin aménagé ou l’accès est gratuit. Bon, Il ny avait pas de cabine, donc on s’est changé sous un pont et ça aurait pu être plus bucolique. Mais ça avait au moins le mérite d’être sympa et authentique, puisqu’il y avait avec nous plusieurs papys… qui se baignaient tout nus! En principe, selon la tradition, c’est comme cela que les gens se baignent… la proximité immédiate d’un pont d’où lesmgens prennent de nombreuses photos, sans compter l’hôtel situe juste en face, feront qu’on gardera nos maillots jusqu’au bout. Papys telleemtn sympas, qu’au moment où il s’est mis à pleuvoir, ils nous ont donné les bassines servant à se rincer en guise de chapeaux. On a bien rigolé… et eux aussi! Après cela, on retourne à la guesthouse pour un souper sur place.

Malgré un départ matinal à 6h30, nos amis du jour précédent sont de nouveau là… on prend le train en direction de Tokyo, mais avec un détour, avec l’espoir d’apercevoir au moins un peu de montagnes. Notre trajet nous mène donc jusqu’à Matsumoto et Nagano (où on aura une pensée pour notre Didier Cuche national, qui y a remporté une médaille lors des JO de 1998), finalement sans arrêt hormis pour des changements de trains, car le temps ne veut pas se découvrir! On arrive à Tokyo en début d’après-midi.

img_20160701_37859.jpgimg_20160701_38520.jpgimg_20160701_40322.jpgimg_20160701_39118.jpgimg_20160701_39714.jpgimg_20160701_40907.jpgimg_20160701_41544.jpgimg_20160701_42144.jpgdsc09692.jpgimg_20160701_43381.jpgimg_20160701_43939.jpgimg_20160701_44532.jpgimg_20160701_45164.jpgimg_20160701_46420.jpgimg_20160701_45858.jpgimg_20160701_46958.jpgimg_20160701_47489.jpgimg_20160701_4868.jpgimg_20160701_49279.jpgimg_20160701_48745.jpgimg_20160701_52679.jpgimg_20160701_51462.jpgimg_20160701_49845.jpgimg_20160701_50352.jpg

Kyoto

Après 2h de train, on arrive à la gare de Kyoto. Une gare incroyable, avec un structure métallique en forme de voûte de 15 étages de haut, et gigantesque… on mettra un mouvement avant de nous repérer et de trouver la bonne sortie pour l’auberge de jeunesse située à quelques pas (et appartenant au même groupe que celle d’Hiroshima). Accueil à nouveau très sympathique et, vu l’heure – 14h00, on peut déposer directement nos sacs dans la chambre, avant de partir manger… nos estomacs crient! L’après-midi est déjà bien entamé, mais on a quand même le temps de visiter les imposants temples de Higashi-Honganji et Nishi-Honganji situés à quelques encablures. Après avoir tourné un mouvement dans le quartier (en fait, il aurait suffi qu’on aille la rue d’à côté pour trouver très facilement queqlechose), on trouve un restaurant pour souper. Assez insolite pour nous, il fallait commander son repas sur une borne à l’entrée du restaurant (non traduite en anglais, mais heureusement avec images!) et y payer son dû directement. Soirée passée à mettre à jour le blog… du moins en partie.

Tartines de miel pour commencer avec entrain cette journée qui s’annonce sportive. Malgré la pluie, on décide de partir à pied en s’armant de parapluies, et de prendre la direction de l’est de la ville. On débute par une visite du temple Kiyomizudera, qui sera suivi par de nombreux autres… Kyoto, c’est un peu LA ville des temples japonais, puisqu’elle en compte plus d’un millier. Autant vous dire qu’on n’a fait que les principaux, et encore! On s’est ensuite perdus dans de jolies petites ruelles d’habitation en bois, pour certaines transformées en boutiqies, et on se fera u  plaisir de goûter la sucrerie locale : une sorte de ravioli de pâte de riz, fourrée à « à peu près tout ». Heu… on peut dire qu’on a au moins goûté et c’était assez particulier! Un passage par le temple Kodaiji, avant de passer au milieu du parc Maruyama, où l’on croise de nombreuses femmes vêtues de kimono et de « tongs » en bois, avec les chaussettes blanches à doigts. Plus au nord, on passera encore vers plusieurs temples (Chion-in, Shoren-in, Nanzenji, Ginkakuji,…), certains visités, d’autres pas: fermeture pour rénovation, tarif ou manque d’envie (et oui…😌). Une partie du chemin aller est fait par le « Chemin de la philosophie » (un chemin sympathique au bord d’un cours d’eau et, semblerait-il, magnifique au printemps avec les cerisiers en fleurs, ou en automne avec les feuilles de toutes les couleurs! Ça nous donne une excuse pour revenir!) et le retour par les grands axes jusqu’au quartier de Gion. Il y a de très jolies ruelles, certaines pavées, et de loin, on a même aperçu quelques geishas. Retour par les rues animées et commerçantes du centre-ville.

Les jours se suivent… mais cette fois-ci, les visites à travers la ville se feront avec le bus. A nouveau, on a visité quelques temples, dont celui très célèbre du Kinkakuji, appelé aussi Pavillon d’or, et qui est doré à la feuille d’or. Beaucoup de monde, mais ça en valait le coup d’oeil, surtout que le jardin attenant était également très beau, tout verdoyant et reposant. Ensuite, tour et visite du château de Nijojo situé au coeur de la ville, avant de prendre le train direction Arashiyama. On s’y perd dans une forêt de bambous qui s’étendent tout le long du chemin dans une ambiance très sympa… si l’on fait exception des (trop!) nombreux touristes – dont on fait partie – qui se prennent en photo tous les 50m avec 20 poses différentes… ceci sans oublier les selfies, à l’aide de la perche! On retourne finalement en fin de journée dans le quartier de Gion, avec une balade sous les arcades, même si on a galéré pour trouver le bon bus pour nous y mener. Souper excellent dans un restaurant de « sushis », avec des sets déjà composés. C’était top!

Un réveil aux aurores (6h15) pour des visites aux alentours de Kyoto, un petit-déjeuner rapide, avant de prendre le train pour Osaka, où on change ensuite pour la ville de Himeji. Mauvais calcul de notre part, puisqu’on a embarqué dans un local, qui s’arrête partout! Finalement, après une longue attente à l’une des gares, un train direct nous rattrape et s’arrête sur la voie d’en face… ni une ni deux, on procède au changement et on continue ainsi bien plus rapidement. Petite marche en direction du magnifique château de Himeji-jo, que l’on voit depuis loin, puisquil est situé sur une colline. Miraculeusement, il a échappé aux bombardements lors de la Seconde Guerre mondiale… contrairement à une tres grande partie de la ville qui a dû être entièrement reconstruite après ces années. On visite encore les jardins qui l’entourent, avant de s’acheter un en-cas à manger dans le train qui nous emmène cette fois-ci à Nara. On y arrive sans encombres pour visiter ici l’immense temple de Todaiji, la plus grande construction en bois du monde et l’un des plus grands bouddhas. Reprise du train pour retourner à l’auberge, sans boire de bières à l’Oktoberfest locale, car elles se sont avérées vrai en hors de prix. On a mangé une morce dans le sous-sol de la gare, qui regorge de restaurants et comprend même plusieurs centres commerciaux. Soirée de lessive, écriture du road-book (tenu chaque jour) et formalités des visas pour l’Australie.

Changement d’auberge pour débuter… on s’est tellement plu à Kyoto, qu’on a décidé de prolonger d’une nuit. Malheureusement, ce n’était pas possible de rester une nuit de plus dans la même auberge, c’est pourquoi on a du changer juste pour la dernière nuit. Un peu bête, mais elle était située tout pret, du coup on n’a pas perdu trop de temps. On part à pied pour le shrine de Fushimi-Inari et ses centaines de torii oranges, qui donnent une ambiance particulière au lieu. Sur place, on ne résiste pas à goûter à quelques spécialités (mmmmh… les frites de patates douces sucrées!), dans des petits stands de nourritures situés aux alentours. On prend ensuite le train pour aller visiter le temple de Toji, qu’on admirera finalement que depuis l’extérieur. L’après-midi sera consacré à du shopping ou, plus justement, à une visite des magasins,  avec un tour au Nishiki Market situé sous des arcades bien sympas par temps pluvieux. Demain, on quitte Kyoto pour la ville de Kanasawa, située au bord de mer mais au nord.

PS: on a beaucoup de retard dans nos résumés… à l’heure actuelle, on est déjà en Australie 😊 mais on fait ce qu’on peut!

img_20160623_3575.jpgimg_20160623_35811.jpgimg_20160623_36430.jpgimg_20160623_37114.jpgimg_20160623_37784.jpgimg_20160623_38463.jpgimg_20160623_39108.jpgimg_20160623_39842.jpgimg_20160623_40533.jpgimg_20160623_41221.jpgimg_20160623_4220.jpgimg_20160623_42684.jpgimg_20160623_43272.jpgimg_20160623_43896.jpgimg_20160623_44493.jpgimg_20160623_45123.jpgimg_20160623_45748.jpgimg_20160623_46313.jpgimg_20160623_46856.jpgimg_20160623_47480.jpgimg_20160623_48136.jpgimg_20160623_48735.jpgimg_20160623_49302.jpgimg_20160623_49933.jpgimg_20160623_50611.jpgimg_20160623_51234.jpgimg_20160623_51818.jpgimg_20160623_52407.jpgimg_20160623_5311.jpgimg_20160623_53605.jpgimg_20160623_54219.jpgimg_20160623_54894.jpgimg_20160623_55458.jpgimg_20160623_5619.jpgimg_20160623_56654.jpgimg_20160623_57334.jpgimg_20160623_57982.jpgimg_20160623_58618.jpgimg_20160623_59211.jpgimg_20160623_59887.jpgimg_20160623_0667.jpgimg_20160623_1270.jpgimg_20160623_1803.jpgimg_20160623_2398.jpgimg_20160623_334.jpgimg_20160623_3684.jpgimg_20160623_4354.jpgimg_20160623_4937.jpgimg_20160623_5609.jpgimg_20160623_6198.jpgimg_20160623_6881.jpg