Mandalay

Pour terminer notre chronique sur le Myanmar (oui, déjà !), ce sera à nouveau un article mono-destination. Comme on l’avait déjà indiqué, ce sera pour la ville de Mandalay et avec un bus. Tout s’est bien passé pour nous, avec un retour en arrière durant le voyage afin d’aller récupérer des passagers d’un autre bus, tombé en rade au bord de la route. Arrivée en début d’après-midi à la guesthouse, avec un taxi durement négocié… c’est bien différent de notre luxe des deux jours précédents. C’est quand même fou comme on se ré-habitue vite à un peu plus de confort! On part en balade vers l’ouest de la ville, avec un passage vers les pagodes de Eindawya et Chantaya, sur le pont en teck qui surplombe la rivière et au marché aux fleurs. Nous avons, mangé deux soupes « mohinga » dans une gargote de rue, avant d’en offrir également à une maman et ses deux enfants qui mendiaient dans la rue… On ne s’y fera jamais! Pour cette première journée en ville (quand même 1.1 mio d’habitants), c’est incroyable le nombre de personnes qui nous ont saluées ou fait des signes depuis chez eux!

Prévision pour cette journée: visiter le Sud de la ville. Après le petit-déjeuner, on entreprend de réserver nos vols et de planifier la suite du voyage. Impossible de se rendre à Hsipaw car, tout comme pour Mrauk U, il n’y a plus de liaison durant la fête de l’eau. Finalement, les vols depuis Mandalay étant hors de notre budget routards, on décide de prendre un bus de nuit pour Yangon (on pense avoir réservé les dernières places disponibles…) et de partir en avion depuis là, le tout nous revenant meilleur marché. Le prochain pays planifié pour notre aventure est le Népal, mais il n’y a pas de vol direct pour Katmandou, raison pour laquelle on passe par Bangkok et que, mine de rien, on se prévoit quelques jours d’escale sur place. Vu l’heure tardive à laquelle nous finissons l’administratif, on change de programme et décide d’aller nous promener un peu plus près. Comme c’est la fête de l’eau, tout le monde se gicle dans un grand n’importe quoi. Les jeunes sont agglutinés à 4/5 personnes sur des scooters ou dans des pick-up bondés! Difficile de faire de l’avance, entre tous les gens qui nous saluent, veulent faire des photos avec nous, nous offrent à boire ou nous aspergent 😂 Ça a l’air assez surréaliste écrit comme ça, mais on vous promet que c’est le cas… encore maintenant, on n’en revient pas. On arrive finalement à la colline aux pagodes en fin d’après-midi, après un ou deux arrêts dans d’autres pagodes. En redescendant vers 18h30, après un p’tit verre, on remarque qu’il y a déjà nettement moins d’ambiance et que la fête se termine (tout s’éclaircira les jours suivants: début des festivités dès 8h00 du matin. Et vu le peu d’éclairages publics et sur les véhicules, il est plus prudent que cela se termine à la tombée de la nuit!). Un homme qui a bu quelques whiskys à la table d’à côté insiste pour nous raccompagner et après plusieurs minutes de discussions pour ne PAS le suivre, on finit quand même par monter à 3 sur son scoot. S’en suivent 2 longs kilomètres où notre chauffeur (chauffard?) s’essaye aux zigzag, à la conduite à une main en tournant la tête et aux freinages de dernière seconde… à force d’insister, il nous dépose finalement et on finit les 2 derniers kilomètres à pied, mais plus en sécurité😅

Réveil de bonne heure afin de pouvoir faire tout ce que nous avons prévu… même si on attendra un certain temps chez le loueur pour avoir un scooter (celui-ci étant fermé – comme le 90 % des commerces -, c’est finalement quelqu’un d’autre qui nous le louera). On n’a pas tout compris, mais le scooter était là, c’était l’essentiel. On se lance pour une visite des anciennes capitales royales situées à quelques kilomètres au sud. Première étape à Amarapura et son incroyable pont en teck de 1.2 km de long. Durant le trajet, on a le temps d’être détrempés, puisque les gens nous arrosent par tous les moyens, y compris des seaux d’eau. Un aller-retour sur le pont, entrecoupé d’une pause dîner et d’un bout de chemin main dans la main avec trois jeunes (plus les désormais traditionnelles photos). On va ensuite jusqu’à Sagaing, balade jusqu’au sommet de la colline, avec une jolie vue, puis Mingun, sans arrêt à Inwa que nous avons un peu snobé (inaccessible par voie terrestre, il fallait prendre un bateau pour traverser la rivière et nous n’en avions pas trop l’envie). En route et pour le chemin du retour, même topo que le début du voyage, on est trempés des pieds à la tête. Et même si la température est plus qu’agréable, avec l’air sur la moto et l’eau parfois glacée qui nous est versée dessus (on voyait des morceaux de glace flotter dedans!), on commence à choper froid. Pour la parenthèse, il faut reconnaître qu’on n’a pas mis tellement d’entrain à la visite des villes, car ce qui nous a le plus amusé et diverti c’était les passages dans les différents villages avec le scooter et l’ambiance exceptionnelle de cette fête de l’eau. C’est vraiment un événement festif qui se déroule dans la bonne humeur et où tout le monde participe (à part les moines, très respectés qui ne se font pas mouiller, mais on a quand même été aspergés par de jeunes moines… sans savoir si on osait les gicler en retour😃) ; on a vu des pick-up avec des familles entières, de la grand-maman jusqu’au tout petit enfant, tous venus se faire asperger par les gens au bord de la route. Retour à l’hôtel (et fin de la parenthèse) pour un changement de vêtements, qui ne resteront pas longtemps secs, afin d’aller retrouver Emilie (rencontrée déjà plusieurs fois, mais avec qui nous n’avions jamais partagé un verre) pour le souper. Elle arrive finalement accompagnée de Laura, d’origine chaux-de-fonnière. On soupe dans une gargote, avant de se mettre en quête d’un bar offrant des bières, car dans le quartier musulman où on a mangé, on n’en a pas trouvées! Soirée sympa à refaire le monde, puis on se quitte pour reprendre chacun notre voyage de notre côté.

Dernier jour à Mandalay, on laisse nos affaires à l’hôtel pour aller profiter de cette dernière journée birmane et humide. Départ pour une petite marche dans le sud-ouest de la ville avec une visite du monastère Shwe In Bin, en bois et très joliment taillé. Aujourd’hui, on s’est munis d’une bouteille d’eau pour les ripostes… ça n’empêche qu’on termine quand même par être les plus mouillés. On remonte à pied au coeur de l’animation de la fête de l’eau, près des douves qui entourent le palais. Il y a tellement de monde que ça crée d’énormes bouchons. Le principe est que les gens circulent en véhicules et s’arrêtent pour danser (toujours dans leur véhicule) et se faire asperger vers des stands, souvent sponsorisés par des marques (il y en avait un où c’était possible de se faire un shampoing!). On termine par une coupe de glace juste à côté de l’hôtel, avant d’y prendre une douche. Par sécurité, pour nous rendre jusqu’à la gare routière, on préfère prendre un taxi plutôt qu’un pick-up commun (ouvert sur les côtés): pas très envie de se retrouver détrempés avant de prendre le bus, avec nos sacs à dos dans le même état… Après une nuit dans le bus, on arrive à Yangon d’où on se rendra directement à l’aéroport et, qui est-ce qu’on recroise à l’arrivée du bus… de nouveau Emilie! Elle vient avec nous jusqu’à l’aéroport, où on attendra un bon moment. Arrivée du bus à 4h00 et départ de notre avion pour Bangkok à 12h00 et des poussières. On s’occupe comme on peut, même si le temps nous semble un peu longuet. Tout se passe bien pour le vol! On continuera les aventures de Bangkok dans un nouvel article.

Petit bilan pour le Myanmar: on l’a déjà tellement écrit et répété que ça va en devenir une réelle habitude, mais ce qu’on va retenir de ce pays, c’est le contact avec les gens. On a déjà remarqué depuis le début de notre voyage que les gens en Asie sont vraiment accueillants et souriants, sans commune mesure avec le Myanmar, où c’est quelque chose d’exceptionnel! On a également découverts des endroits magnifiques: Bagan, la région du lac Inlé, les pagodes, Hpa-An… Sans oublier la fête de l’eau, où nous nous sommes vraiment amusés, dans un événement festif où tout le monde participe. Bref, c’est un vrai coup de coeur 😍 depuis le début du voyage et ça donne envie de revenir pour découvrir de nouveaux endroits. Si le coeur vous en dit aussi, on ne peut que vous conseiller de ne pas tarder et d’y aller avant que cet esprit se perde et que les locaux commencent à s’habituer aux touristes.

On vous mettra les photos de cette dernière étape dès que possible! On vous embrasse fort.

img_20160419_53606.jpgimg_20160419_54227.jpgimg_20160419_54762.jpgimg_20160419_55346.jpgimg_20160419_55975.jpgimg_20160419_58690.jpgimg_20160419_58206.jpgimg_20160419_59258.jpgimg_20160419_59899.jpgimg_20160419_4647.jpgimg_20160419_5256.jpgimg_20160419_5907.jpgimg_20160419_2431.jpgimg_20160419_6458.jpgimg_20160419_1974.jpgimg_20160419_0929.jpgimg_20160419_0427.jpgimg_20160419_1479.jpgimg_20160419_2948.jpgimg_20160419_3495.jpgimg_20160419_452.jpgimg_20160419_57681.jpgimg_20160419_57107.jpgimg_20160419_56546.jpgimg_20160420_13740.jpgimg_20160420_8460.jpgimg_20160420_12620.jpgimg_20160420_7563.jpgimg_20160420_11739.jpgimg_20160420_6620.jpgimg_20160420_1123.jpgimg_20160420_5757.jpgimg_20160420_10238.jpgimg_20160420_4879.jpgimg_20160420_9323.jpgimg_20160420_4165.jpg

Bagan

Et oui pour changer, une seule destination pour ce résumé… bon, il faut dire qu’on avait tellement de photos à partager avec vous que c’est mieux ainsi.

Commençons donc par le commencement. Départ en bus local depuis Nyaungshwe sur les rives du lac Inlé. En raison du pick-up matinal, on a obligé la réception a nous servir le déjeuner en avance. On a vraiment eu de la vhnace, car tout au long du séjour, le personnel a été vraiment adorable! Globalement, le trajet se passe plutôt bien, même si la moitié du bus est prise de mal des transports en raison des nombreux virages. Nous n’avons pas pu réserver des places côte à côte, et Olivier s’est retrouvé assis à côté d’un moine qui s’est endormi sur son épaule durant le trajet 😂 Arrivée en milieu d’après-midi, on prend un taxi jusqu’à notre logement situé à New Bagan, en traversant des paysages qui nous laissent déjà admirer quelques temples. On s’offre une petite balade au bord de l’eau (où se côtoient les restaurants chics et les habitations villageoises, un peu moins chic…) et une petite pause afin de planifier comme il se doit les visites du lendemain.

Tôt le matin, afin d’éviter les grandes chaleurs de la journée, on loue un e-bike, moyen de transport principalement utilisé par les touristes sur le site. Ce dernier s’étend sur plus de 40km2 et compte plus de 4000 temples, c’est pourquoi on a cette fois-ci renoncé à faire une visite pédestre. On décide de se concentrer pour cette journée sur la zone entre New Bagan et Old Bagan, en visitant les temples les plus importants et en se laissant porter par nos envies pour d’autres arrêts supplémentaires. Impossible de vous les nommer tous… encore moins dans l’ordre de visite… et d’attribuer le bon nom sur chacune des photos. En même temps, ce qui nous a le plus séduit durant ces quelques jours, ce ne sont pas forcément les temples eux-mêmes individuellemnt (bien que certains soient réellement magnifiques), mais plus la vue d’ensemble et l’abondance de ceux-ci dans le paysage. Donc, en vrac et dans le désordre pour ce premier jour, on a vu : pagode Mingalazedi, monastère de Nat Taung, pagode Bupaya, pagode Shwesandaw, pagode Ananda. En cours de journée, on s’accorde un dîner « buffet birman » et une pause à l’hôtel pour un peu de fraîcheur. Signalons en passant que le thermometre affichait ce jour-là… 46°!!! 😅😅😅 Bien que nous nous soyons acclimatés -un peu- à la chaleur, là c’était quand même un poil trop. En fin de journée, coucher de soleil depuis la très touristique pagode Shwesandaw… même si à cette période de l’année, nous ne sommes pas en haute saison.

Il fait encore bien nuit lorsque le réveil sonné à 4h45! Tant mieux, c’est pour aller voir le lever du soleil. On prend le même e-bike que le jour d’avant, au même loueur et départ pour le spectacle. Après même pas 2km de route, on manque de tomber car notre bécane se met à guidonner dangereusement. Verdict: pneu crevé! Un peu abattus, on se met en route à pied, en espérant tomber sur quelqu’un qui pourra nous amener. Un groupe de jeunes nous passent à côté et d’eux d’entre eux s’arrêtent. Nous montons à l’arrière et les suivons (bien obligés!) jusqu’à un temple où ils vont voir le lever. On termine le trajet à pied, pour arriver « au nôtre ». A nouveau, un spectacle incroyable, où l’on se sent vraiment petit au milieu de ces temples qui ressurgissent un à un de la nuit dans la brume matinale. Le retour, sans véhicule, se fera à pied et en tongs. On quitte notre hôtel de New Bagan, après deux nuits réservées, non pas parce qu’il n’était pas bien, mais parce qu’on avait envie de s’accorder, une fois, un peu de luxe dans notre logement. Pour à peine plus cher, avec une très bonne offre last minute, on s’est offerts deux nuits dans un hôtel avec piscine à Nyaung Oo, dans une chambre qui nous a paru immense et avec une salle de bains privée! Pour les visites de l’après-midi (zone entre Nyaung Oo et New Bagan), retour sur un e-bike, pour : pagode Shwezigon, temple de Dhammayangyi, temple de Htilominlo, temple de Sulamuni. Dans ce dernier, il s’en est fallu de peu qu’une brique vagabonde vienne s’écraser sur nos têtes depuis l’une des voûtes intérieures… On termine la journée par un joli coucher de soleil (impossible de vous dire depuis quel temple…) où on revoit par hasard Emilie, que l’on avait déjà rencontrée lors de notre expédition entre Kalaw et le lac Inlé. On conclut en fanfare par une baignade fort appréciée à la piscine de l’hôtel.

Le lendemain est une journée placée sous le signe de la détente et du repos… bien qu’Olivier décide de commencer par un peu de course à pied, avec un arrêt dans un temple esseulé pour assister au lever du soleil. Un tour au marché de Nyaug Oo, quelques arrêts pour se renseigner pour les bus. On souhaitait aller à Mrauk U situé plus à l’ouest du pays, le long de la côte. En raison de la fête de l’eau (on y reviendra bientôt!) qui commence, il n’y a pas de bus direct et ça semble bien compliqué pour les bus locaux (plusieurs changements et de nombreuses attentes, mais personne ne semble être au clair). Du coup, on renonce à l’idée, d’autant plus qu’on ne sait pas comment on pourra en repartir… et on réserve le bus pour la ville de Mandalay. Suite de la journée au bord de la piscine, avec un brin de lecture, et un souper dans un restaurant du quartier… qui sera agrémenté de nombreuses coupures de courant!

On n’est pas très en avance dans nos articles, mais les connexions du Myanmar sont encore moins bien que celles que nous avions eues jusqu’à présent.

A tout bientôt!

img_20160410_27974.jpgimg_20160410_28492.jpgimg_20160410_27394.jpgimg_20160410_25873.jpgimg_20160410_26373.jpgimg_20160410_24725.jpgimg_20160410_25277.jpgimg_20160410_40449.jpgimg_20160410_39296.jpgimg_20160410_38733.jpgimg_20160410_38157.jpgimg_20160410_34562.jpgimg_20160410_36765.jpgimg_20160410_35327.jpgimg_20160410_3216.jpgimg_20160410_30500.jpgimg_20160410_3656.jpgimg_20160410_33875.jpgimg_20160410_33114.jpgimg_20160410_29783.jpgimg_20160410_26883.jpgimg_20160410_20831.jpgimg_20160410_20300.jpgimg_20160410_19169.jpgimg_20160410_19737.jpgimg_20160410_18572.jpgimg_20160410_1827.jpgimg_20160410_16960.jpgimg_20160410_15795.jpgimg_20160410_1525.jpgimg_20160410_14290.jpgimg_20160410_13578.jpgimg_20160410_12980.jpgimg_20160410_12424.jpgimg_20160410_10664.jpgimg_20160410_9517.jpgimg_20160410_8894.jpgimg_20160410_10109.jpgimg_20160410_11195.jpgimg_20160410_11195.jpgimg_20160410_39914.jpgimg_20160410_2340.jpgimg_20160410_21981.jpgimg_20160410_17447.jpgimg_20160410_8162.jpgimg_20160410_24151.jpgimg_20160410_23619.jpgimg_20160410_11759.jpgimg_20160410_37538.jpgimg_20160410_7389.jpg

Kalaw, Nyaungshwe (lac Inlé)

Réveil un peu plus tard et déjeuner sur la terrasse joliment fleurie de la guesthouse. Après cela, on a un peu glandouillé et fait un tour du village, avant de prendre le bus en début d’après-midi. Comme on l’avait déjà indiqué, on se rend dans la région du lac Inlé. Pour cela, pas de bus direct, mais une « escale » dans la ville de Bago. Une fois n’est pas coutume, pour se simplifier la vie, on est passés directement par l’hôtel qui nous a arrangé le tout, son frère s’occupant d’une agence de transport (…). Arrivée à Bago, on nous débarque au bord de la route, sans gare routière à l’horizon, mais il y a un bon nombre de tuk-tuk… l’un deux nous indique être le frère de… et que l’on doit payer pour aller jusqu’à la gare! On négocie pour la 1/2 du prix, tout en ayant conscience qu’on est en train de se faire avoir… ça se confirmera! Le temps d’un Coca-Cola et on prend le bus de nuit (sans couchettes) qui part à 19h00, dans lequel on manque un peu de place pour les jambes, ou l’un des sièges ne s’incline pas et il y fait un froid de canard. Vraiment, cette fois-ci on se les pèle!! Écharpe, longyi/sac à viande en guise de couverture, rien à faire! On arrive finalement à Kalaw à 3h30 du matin, sans avoir fermé l’oeil de la nuit, alors qu’on nous avait indiqué une arrivée vers 7h00… Quelqu’un nous propose une chambre d’hôtel pour deux personnes pour la fin de la nuit. Crevés, frigorifiés, on accepte finalement la proposition en rageant un peu (par la suite, on apprendra que tous les bus arrivent à cette heure-là et qu’il n’y a pas de bus avec couchettes).

Après une petite nuit, on a droit à un petit-déjeuner gargantuesque… on peut pas dire qu’on ait eu faim jusqu’à présent, mais là c’était particulièrement impressionnant et ça mérite d’être précisé: plateau de fruits, riz, toasts, confiture, beurre, oeufs, beignets… et certainement qu’on a oublié quelque chose! Le ventre bien rempli, on va faire un tour au marché local, puis une balade dans les alentours, notamment à la pagode Shwe Oo Min. Hormis de nombreux stupas, il y a plusieurs grottes comportant des statues de bouddhas par centaine, avec des lumières toutes plus kitsch les unes que les autres. Pas très joli, mais ça a le mérite d’être unique en son genre. Avant le retour, on passe encore par la pagode Hnee et son bouddha en bambou, avant de boire une bière et un rhum dans un troquet et de manger dans une gargote (loin des touristes qui se sont tous massés dans les restaurants recommandés Routard et/ou Lonely Planet). C’est sympa de temps en temps de profiter de ces bonnes adresses, mais on a déjà remarqué plusieurs fois que ça manque sérieusement d’authenticité et que les prix pratiqués dans ces endroits prennent dangereusement l’ascenseur. Un bon plan n’en est souvent plus un si l’édition du guide date de quelques années. Par contre, c’est chouette si on souhaite faire des rencontres avec d’autres voyageurs et avoir des bons plans ou des filons.

Deuxième nuit, cette fois-ci complète, dans le même hôtel. On part pour un trek de 3 jours dans les montagnes environnantes afin de rejoindre les berges du lac Inlé. On fait connaissance avec notre guide Tcho (lors de la réservation, nous avions rencontré seulement le big boss) et avec Félix, sympathique suisse-allemand de Thurgovie, qui se joint à nous. C’est pratique, car on prend avec nous uniquement un petit sac et les plus gros sacs sont expédiés par l’agence de trek à notre hôtel d’arrivée. Départ à travers le village, puis sur une route bien poussiéreuse et très fréquentée. On a les dents qui crissent lors de la pause de midi (à 11h déjà) qui a lieu vers un joli point de vue. Et on se rend vite compte que la balade est nettement plus touristique que celle que nous avions faite à Phongsaly. On traverse de nombreuses cultures (fraises, choux, pommes de terre,…) et on longe même les voies du train, ou on marche carrément dessus, pendant quelques kilomètres. Hormis les cultures, le paysage est plutot sec et arride, et brûlé à de nombreux endroits. Une fois arrivés dans la famille où nous allons passer la nuit, on se rend sur les hauteurs pour voir le coucher du soleil. A notre retour, la table est mise pour 3 personnes dehors (nous), alors que tout le monde va ensuite manger dedans.

Après une nuit avec beaucoup de place et un peu au dur (paillasse pas très épaisse, à peine plus qu’une natte), déjeuner sur notre table extérieure. Certain ont eu une petite nuit, réveillé par les chants des femmes de la maisonnée, mais de notre côté, les boules Quiès ont parfaitement joué leur rôle! La marche du jour est cette fois-ci plus sur des chemins et on longe à nouveau les voies du train. Elle est par contre interrompue par de nombreuses pauses  dans des tea-shop/salons de thé, pour y boire… des thés verts. On sera accompagné pendant une grande partie de la journée par un chiot, unanimement nommé « Coué » (= chien en birman) par la troupe suisse. Juste avant d’arriver au village, il a fallu pousser une charrette à boeufs, ces derniers ayant quelques difficultés dans une montée! Soirée plus ou moins la même que le soir d’avant. On regrette un peu de ne pas plus partager avec les familles, puisqu’on mangera à nouveau les trois ensemble uniquement.

On démarre par un déjeuner de luxe, avec des crêpes maison. La marche du jour se fait accompagnés de deux autres touristes, Jocelyn et Jim, dont le guide est de la même agence que le notre. En route, petite course entre les garçons pour savoir qui arrivera le premier sur un petit sommet… on ne les refait pas! Celle-ci se solde par un longyi en lambeaux et quelques problèmes de respiration… par 35° c’était une belle idée😅 La trotte nous mène jusqu’aux abords du lac pour le dîner, où nous attend également un délicieux jus de fraises. Terrible! En principe, les bateliers doivent nous mener directement à l’hôtel. Apres une petite discussion, et moyennant des finances complémentaires, on convient avec eux de deja faire un tour sur le lac durant l’après-midi. Arrêt dans des ateliers de confection de bijoux (argent principalement), de bois (bateau de pêche et divers ustensiles de cuisine et de décoration) et de cheerot (cigare « doux », fumé au Myanmar plutôt par les femmes – les hommes préfèrent mastiquer des feuilles de bétel, enduites de chaux… qui donnent une belle apparence rouge à la bouche toute entière, sans parler des crachats de même couleur, et de l’état de leurs dents et gencives…). On y verra également un atelier de tissage, où travaillent des femmes-girafes, principale « attraction » de l’atelier. A partir de lage de 15 ans, il est courant que le poids des anneaux qu’elles portent autour du cou atteignent 12kg. Ne cautionnant pas particulièrement ce genre de « zoo, » (c’est un peu l’impression ressentie dans ces lieux), on n’y restera pas longtemps et surtout sans prendre de photos. Toutes ces visites sont entrecoupees de débarquements du bateau, pour aider notre conducteur à le pousser car, faute d’eau, il est parfois compliqué de passer à certains endroits. Quelques achats souvenirs et retour à l’hôtel, avant un souper bien arrosé avec nos trois compagnons d’aventure.

Journée sur le lac Inle, en compagnie de Félix qui nous accompagne à nouveau. On trouve facilement un bateau et, une fois les gilets de sauvetage sortis (uniquement pour les touristes), on embarque pour une traversée du lac vers le Sud depuis Nyaungshwe. Le matin, on visite un atelier de soieries et de fibres de lotus, où on se laissera tenter par deux écharpes faites maison, puis la pagode Phaung Daw U qui comporte cinq statuettes de bouddhas. Elles n’en ont plus du tout la forme, car les fidèles peuvent y apposer des feuilles d’or (env. 3×4 cm) vendues sur place. Dîner dans un restaurant sur pilotis, avant de continuer avec un atelier de confection d’articles en papier (qu’on a pas trop aime), un passage dans les jardins flottants, puis de terminer par la visite du monastère sur pilotis de Nga Phe Chaung. A notre retour, on prend congé de Félix autour d’une dernière bière, car il nous quitte pour continuer son voyage de son côté. Souper les deux dans un petit restaurant, sans avoir trouver le marché de nuit… qu’on cherche encore!

Dernier jour aux abords du lac et on consacre la matinée à une visite de lamville de Nyaungshwe où nous avons dormi. Comme d’habitude, on passe par le marché local, où Olivier fera l’achat d’un longyi pour homme (bien utile pour les visites des temples… des photos suivront bientôt!), et visite de la pagode Yadanarmaung qui est en rénovation. On s’accorde une petite pause sucrée à midi pour des pancakes incroyables et pour définir notre prochaine destination. Après quelques tergiversations, on tombe d’accord sur Bagan; les billets sont réservés de ce pas pour un bus le lendemain matin. Pour l’après-midi , on loue deux vélos afin de visiter la campagne environnante et se baigner dans les sources chaudes à proximité. Douche froide (!!!) en arrivant puisque les bains et l’accès aux piscines se monte à 10$ par personne, un peu trop pour notre budget. On renonce finalement à notre premier idée pour continuer jusqu’à un village au bord de l’eau. De façon totalement insolite, on se retrouve à confectionner des bonbons au sucre de canne avec sept femmes de tout âge, dont une jeune fille qui fait de l’oeil à Olivier😁 Traversée du lac en bateau, avec les vélos chargés (improvisée elle aussi), pour remonter par l’autre rive jusqu’à la ville. Soirée-type avec une petite glace au bord de l’eau. Départ le lendemain pour la ville de Bagan et ses temples mystérieux!

Des gros becs à vous tous, et au plaisir de vous lire à l’occasion 😚

img_20160407_10706.jpg
Pagode Shwe Oo Min de Kalaw
img_20160407_13691.jpg
Pagode Shwe Oo Min de Kalaw
img_20160407_11291.jpg
img_20160407_11915.jpg
Sur la route du trek entre Kalaw et le lac Inlé
img_20160407_15866.jpg
Les voies de chemin de fer le long desquelles nous avons marché
img_20160407_1564.jpg
En arrivant dans un village…
img_20160407_14416.jpg
Entrée du village le long des voies
img_20160407_16504.jpg
Citerne pour le remplissage d’eau des anciennes locomotives vapeur
img_20160407_22297.jpg
Sur la route du trek entre Kalaw et le lac Inlé
img_20160407_2049.jpg
Sur la route du trek entre Kalaw et le lac Inlé
img_20160407_1715.jpg
Coucher de soleil, avec au premier plan le village où nous avons dormi la 1ère nuit
img_20160407_19425.jpg
Sur la route du trek entre Kalaw et le lac Inlé
img_20160407_18732.jpg
Sur la route du trek entre Kalaw et le lac Inlé (Elodie, le guide Tcho et Félix)
img_20160407_24246.jpg
Sur la route du trek entre Kalaw et le lac Inlé
img_20160407_2699.jpg
Une lessive colorée dans un village que nous avons traversé
img_20160407_26976.jpg
D’anciennes pagodes… selon la légende, certaines renfermeraient encore une pierre précieuse au centre!
img_20160407_27879.jpg
Sur la route du trek entre Kalaw et le lac Inlé
img_20160407_33614.jpg
Sur la route du trek entre Kalaw et le lac Inlé
img_20160407_20617.jpg
Un attelage étonnant en cours de route…
img_20160407_32984.jpg
Sur la route du trek entre Kalaw et le lac Inlé
img_20160407_1054.jpg
Villages sur pilotis du lac Inlé
img_20160407_12508.jpg
Villages sur pilotis du lac Inlé
img_20160407_13103.jpg
Villages sur pilotis du lac Inlé
img_20160407_17548.jpg
Coucher de soleil sur le lac (1er jour)
img_20160407_22846.jpg
Villages sur pilotis du lac Inlé
img_20160407_1899.jpg
Villages sur pilotis du lac Inlé
img_20160407_29182.jpg
Villages sur pilotis du lac Inlé
img_20160407_21670.jpg
Coucher de soleil sur le lac (1er jour)
img_20160407_28530.jpg
En vogue!!!
img_20160407_30426.jpg
Un pêcheur sur le lac avec une technique unique au monde et pratiquée seulement à cet endroit!
img_20160407_23455.jpg
Jardins flottants sur le lac Inlé
img_20160407_32394.jpg
Jardins flottants sur le lac Inlé
img_20160407_34856.jpg
Villages sur pilotis du lac Inlé
img_20160407_3650.jpg
Villages sur pilotis du lac Inlé
img_20160407_37795.jpg
Vue sur les marécages du lac
img_20160407_36693.jpg
En compagnie de Félix
img_20160407_37254.jpg
Fin de journée sur le lac (2ème jour)
img_20160407_25244.jpg
Des travailleurs dans les rizières
img_20160407_29788.jpg
En vélo depuis Nyaungshwe
img_20160407_3182.jpg
Atelier de confection de bonbons en sucre de canne
img_20160407_31781.jpg
La marmite de sucre chaud
img_20160407_34271.jpg
En pleine confection de bonbons au sucre de canne
img_20160407_35476.jpg
Arrivée par bateau au village de Mang Thawk… le dernier bout se fait sur le ponton !

 

Yangon, Hpa-An, Mawlamyine, Kinpun

Depuis l’hôtel de Hô Chi Minh, petite marche jusqu’à l’aéroport situé à quelques pas. Aucun problème pour le check-in de l’avion, le passage de la sécurité et celui de l’immigration (pour le fameux timbre de sortie), ceci malgré le fait qu’il y ait passablement de monde. Tout se passe dans les règles de l’art, en files et les récalcitrants sont rappelés à l’ordre… ça nous plaît !;) Le vol se passe bien et c’est avec quelques minutes de retard seulement que nous nous posons au Myanmar (pays appelé il y a encore quelques années Birmanie, mais dont le gouvernement a décidé de changer le nom pour revenir à celui, ancestral, de Myanmar… Ceci a été fait afin de couper les liens avec le passé colonial, puisque le nom Birmanie avait été donné par les anglais. Ce n’est pas la seule « spécialité » du genre ici et on a parfois du mal à s’y retrouver!). Prise d’un taxi depuis l’aéroport avec deux français, qui nous emmènera jusqu’à la gare de Yangon (= Rangoon), depuis là petit bout à pied jusqu’à l’hôtel sous une chaleur torride. Durant notre trajet en taxi, on a déjà pu se rendre compte d’une autre singularité du pays: bien que la circulation se passe à droite, comme chez nous, la majeure partie des véhicules a également le volant à droite… autre frasque du gouvernement, qui d’un jour à l’autre, a décidé que la circulation ne se faisait plus à gauche! L’hôtel est situé au troisième étage d’un immeuble mitoyen et géré par une famille birmane vraiment adorable!

On dîne de quelques beignets achetés dans la rue, puis on visite la pagode Botataung, au cours de laquelle on se fait aborder par un papy qui nous guidera et nous donnera de nombreuses explications intéressantes. On rejoint ensuite le jardin Bahamandoola, bien animé en fin de journée, où l’on fera la connaissance d’un jeune universitaire qui vend maintenant des nouilles dans la rue… c’est triste de constater que, bien qu’ayant bénéficié d’une telle formation, des gens continuent de vivoter comme ils peuvent. On vous laisse imaginer ce que ça peut représenter pour des gens qui n’ont suivi que quelques années de scolarité, voire aucune… Après cet intermède, on termine par la pagode Sule, entourée de boutiques carrelées et vrai piège à touristes qui ne nous séduira pas vraiment. Faute de trouver une bière, on se contentera d’un sirop et d’un repas typique birman (choix de petits plats dans un buffet, qu’on partage ensuite, avec une assiette de riz).

La journée du lendemain est consacrée à une visite à pied de la ville, bien que celle-ci soit assez étendue. On commence par le quartier « downtown », que nous n’avons pas eu le temps de visiter comme il se doit le jour d’avant. Une tournée des marchés, d’abord le Thein Gai Zei, très typique, puis celui nettement plus touristique de Bogyote. Achat d’un longyi, longue jupe en portefeuille portée par toutes les birmanes, qui sera bien utile pour visiter tous les lieux de cultes, puisque les femmes doivent avoir les jambes intégralement couvertes (entre autres règles… nous y reviendrons). On continue bien plus au nord par un passage au bord du Lac Kandawgui, puis un tour dans la pagode Ngar Htatt Kye, qui comporte un gigantesque et magnifique bouddha (l’un des plus beaux que nous ayons vu) et celle de Chauzkhtakyi,  dans laquelle se trouve un gigantesque bouddha couché de près de 70m de long. Fin de journée/début de soirée en apothéose, puisqu’on termine par la visite de la pagode Schwedagon. Hormis le stûpa central haut de 98m, le site compte plusieurs dizaines de petits temples et pagodons richement décorés et dorés. C’est intéressant de noter ici le mélange de touristes et de fidèles qui se pressent autour du stûpa central, le tout à pieds nus et, en principe, en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre. C’est avec émerveillement que nous assisterons aux derniers rayons de soleil et à la tombée de la nuit, dans ce lieu où nous manquent les mots pour le décrire! Souper dans la rue, avec deux soupes de nouilles bien chargées pour… 60 cts!

Après les kilomètres d’hier, place à une matinée peu efficace, où nous commençons par un tour du marché local situé au bout de la rue. Ensuite, nous allons réserver notre billet de bus pour la ville de Hpa-An (= Pa-An) pour le jour d’après. Vu la chaleur du jour (40° selon un thermomètre rencontré), on se décide à aller visiter le Musée des pierres précieuses, intéressant sans plus, mais il a le mérite de disposer d’une climatisation efficace. Dans les environs, petit tour à la pagode Kabar Ayer, avant de déguster une glace au bord du lac Inya. Nous avons cherché la maison d’Aung San Suu Kyi, mais sans la trouver, la faute à des plans peu précis (ou on est vraiment des billes… ça on ne le saura jamais!). Après le souper, une rentrée de flemmards, pour une fois en taxi:D

Lever de bonne heure, où nous réveillons le gardien qui dort à la réception, pour prendre le bus qui nous mène à Hpa-An. Flambant neuf, avec des sièges moelleux et une petite couverture pour lutter contre le froid glaçant dû a la climatisation… On n’a jamais eu un bus aussi luxueux jusqu’à présent! Une fois arrivés, rapide tour au centre, café dans un troquet et balade au bord de la rivière Twanlwin pour voir le coucher du soleil (ça commence à devenir une habitude maintenant!), avant de terminer par un souper dans une gargote en face de l’hôtel pour 3x rien.

La journée du lendemain est consacrée à une visite de la campagne environnante… possible avec chauffeur, on a préféré la faire à notre sauce en louant un scooter pour un jour! Plusieurs grottes sont au programme, elles comportent toutes un grand nombre de statues de bouddhas de plus ou moins grande taille et de tous les styles, et sont des lieux de prières et de recueillement. C’est plus pour cet aspect-là que nous les visitons que pour la nature des grottes, bien dénaturée par de grandes allées bétonnées ou carrelées (puisque, lieux de culte obligent, on visite tout à pieds nus!). Arrêt pique-nique en milieu de journée aux Waterfall, qui ne sont pas de véritables chutes d’eau, mais une suite de plusieurs bassins en béton (dont un interdit aux femmes) permettant la baignade pour le grand bonheur d’Olivier. En fin de journée, passage par le monastère du lac, puis à la Bat Cave afin d’assister à l’envol des chauves-souris. Celles-ci sont « appelées » par des hommes qui tapent sur divers objets afin de créer des ondes sonores. Une sorte de pépiement s’élève alors de la grotte et plusieurs milliers d’animaux prennent leur envol… assez impressionant! Durant cette journée, nous avons été sollicités à de nombreuses reprises par des birmans pour poser pour des photos… l’une a même failli se terminer en baignade forcée pour Elodie. C’était très sympa et totalement inattendu! On voit bien que le tourisme de masse n’est pas encore présent dans cette région du Sud et on espère avoir encore des contacts comme ceux-ci par la suite😁

Le jour suivant, après un dernier tour en ville pour la visite de la pagode locale et l’achat d’un petit sac bien pratique, on prend le bus afin de rejoindre Mawlamyine (= Moulmein). Transport en tuktuk jusqu’à la guesthouse, qui s’avère vraiment bof… deux petits lits coincés dans une chambre pas très grande non plus, avec des matelas à trous, des sanitaires communs… le tout à l’extrême limite du bien crade. Et pourtant, depuis le début du voyage, on (enfin « je ») vous assure avoir fait des énormes progrès sur les notions d’hygiène des lieux… Vu que le trajet en bus n’a pas duré long, nous avons le temps de faire un tour en ville avant de prendre un peu de hauteur sur la colline des pagodes qui, comme son nom l’indique si justement, comporte une succession de plusieurs pagodes dominant la ville. Départ à la pagode U-Zina, où un moine viendra discuter avec nous et nous prendre en photo, puis celle de U Khanti et son bouddha dans une sorte de hangar, avant de passer au bouddha en bambou, où nous rencontrons un couple de valaisans. On continue ensuite dans le monastère Kyaung Seindon Mibaya qui a presque l’air abandonné, puis par les pagodes de Mahamuni (couverte de miroirs et où nous serons sollicités par une nonne pour prendre une photo… occasion que nous ne manquerons pas, puisque notre appareil se retrouve aussitôt dans les mains du photographe) et Kyaikthalan, au gigantesque stûpa doré, où nous resterons pour voir le coucher du soleil. Souper au marché de nuit où de grands étalages de brochettes nous attendent. Des nouilles et riz frits auront finalement raison de notre appétit (et de notre estomac… qu’est-ce que c’était gras!), mais feront le bonheur d’une jeune femme et de ses deux enfants, qui se jetteront sur la nourriture pendant que nous versons le tout dans un sachet.:'(

La nourriture du marché de nuit aura vraiment raison de nos estomacs pendant la nuit (Olivier) et durant une bonne partie de la matinée du lendemain (Elodie). En plus de la lourdeur des plats, on soupçonne même une intoxication alimentaire pour mam’zelle… Bref, matinée très peu productive, on vous passe les détails. Le bus pour la localité de Kinpun (= Kimon) part en début d’après-midi à la gare routière… arrivée un peu en avance, qui nous permet de découvrir la vie de la gare et de constater un nombre important d’enfants mendiants… un triste spectacle qui nous fait relativiser bien des choses. Un changement de bus à Kyaikto, puis nous arrivons à destination sans encombres. Souper et ensuite dodo. Nous en avons bien besoin!

Le lendemain, nous sommes réveillés par des coups à la porte à 7h15, car le déjeuner est prêt (nb: selon les indications, servi de 6h à 9h). On se lève donc et après le déjeuner, on part à pied pour le Rocher d’Or (mont Kyaiktiyo), sachant que le trajet peut aussi se faire en camion (solution de secours pour la descente, si jamais, au cas où les forces nous manquent après la journée d’hier). En chemin, nous avons droit à de nombreux sourires, des « mingalabas » (= bonjour) à la pelle, des photos avec des jeunes, des nonnes et des mariés et une discussion avec un moine. Une fois au sommet, après 4h de montée et 11km, on découvre une esplanade un peu kitsch et le Rocher juste à côté qui n’attire finalement pas grand-monde. Les gens – principalement des birmans – sont en fait réunis en groupes dans des maisonnettes ou sous les arbres. Une volée de marches vers le bas nous mène à travers un dédale de magasins vendant de tout et n’importe quoi, dont des remèdes, potions et autres produits médicaux à base d’animaux… dont certains « trophées » sont exposés. Beurk! Après avoir fait le tour du lieu, on reprend le chemin de descente en sens inverse (3h de temps), sur lequel nous aurons de nouveau droit à beaucoup d’attention. Deuxième soirée passée au son du prêche du moine par haut-parleur et souper dans un bistrot non loin de l’hébergement. Départ en bus demain pour rejoindre la région du lac Inlé!

img_20160326_26440.jpg
Pagode Botataung : Olivier s’attire la chance en versant 5x de l’eau sur bouddha et 5x sur la souris (pour ceux nés le jeudi)
img_20160326_27695.jpg
Pagode Botataung : même chose pour Elodie, 5x de l’eau sur bouddha et 5x sur le dragon (pour ceux nés le samedi)
img_20160326_28283.jpg
Pagode Botataung
img_20160326_29546.jpg
Stûpa central de la pagode Sule
img_20160326_28883.jpg
Petit aperçu d’une rue de Yangon
img_20160326_30204.jpg
Homme faisant des sortes de crêpes avec une technique remarquablement efficace
img_20160326_30865.jpg
Pagode Ngar Htatt Kyee : le fameux très beau bouddha
img_20160326_31511.jpg
Pagode Chauzkhtakyi : le bouddha couché avec ses 108 préceptes gravés sous les pieds représentant les 3 mondes bouddhistes
img_20160326_2714.jpg
Pagode Shwedagon 
img_20160326_33300.jpg
Pagode Schwedagon
img_20160326_32622.jpg
Pagode Schwedagon : rencontre avec 3 moines, honorés d’être pris en photo!
img_20160326_3261.jpg
Pagode Schwedagon
img_20160326_25721.jpg
Pagode Schwedagon
img_20160326_2049.jpg
Etals des vendeurs de rues le soir à Yangon
img_20160326_33907.jpg
Gare ferroviaire de Yangon
img_20160326_34515.jpg
Coucher de soleil sur le lac Inya et sa grande roue (pas très animée, semble-t-il)
img_20160326_35101.jpg
Premières bières au Myanmar!
img_20160326_36233.jpg
A Hpa-An, vue sur le sommet Hpar Pu, avec la rivière Twanlwin en premier plan
img_20160326_36871.jpg
Un sport apprécié au Myanmar: le chinlon (ballon en rotin tressé, joué par-dessus un filet mais sans utiliser les bras)
img_20160326_10129.jpg
Au bord de la rivière Twanlwin
img_20160330_6156.jpg
Environs de Hpa-An: grotte de Kaw Ka Thaung
img_20160330_5494.jpg
Environs de Hpa-An: grotte de Kaw Ka Thaung
img_20160330_6719.jpg
Environs de Hpa-An: à l’extérieur de la grotte de Kaw Ka Thaung
img_20160330_7263.jpg
Environs de Hpa-An: chemin menant au village de Lat Ka Na, jolie vue sur la campagne environnante
img_20160330_8619.jpg
Environs de Hpa-An: après la traversée de la grotte de Saddan à pied, retour en barquette
img_20160330_9354.jpg
Notre barquette « privée »
img_20160330_1019.jpg
Environs de Hpa-An: l’un des bassins des Waterfall. Vous avez trouvé « l’intrus »?
img_20160330_10720.jpg
Environs de Hpa-An: notre destrier pour cette belle journée
img_20160330_11291.jpg
img_20160330_4679.jpg
Environs de Hpa-An: grotte de Kaw Gone
img_20160330_11882.jpg
Environs de Hpa-An: grotte de Kaw Gone
img_20160330_14473.jpg
Environs de Hpa-An: des p’tits singes pour Léonore
img_20160330_12547.jpg
Environs de Hpa-An: des p’tits singes pour Léonore
img_20160330_13124.jpg
Environs de Hpa-An: campagne environnante depuis un point de vue vers la grotte de Kaw Gone
img_20160330_13754.jpg
Environs de Hpa-An: campagne environnante depuis un point de vue vers la grotte de Kaw Gone
img_20160330_15269.jpg
Environs de Hpa-An: paysage verdoyant le long de la route
img_20160330_15977.jpg
Environs de Hpa-An: le monastère du lac, depuis la rive
img_20160330_7938.jpg
Photo insolite à la pagode U Zina de Malamyine
img_20160330_16928.jpg
Bouddha de bambou tressé
img_20160330_20113.jpg
Pagode Kyaikthalan à Mawlamyine
img_20160330_18222.jpg
Pagode Kyaikthalan à Mawlamyine
img_20160330_18817.jpg
Vue sur le monastère Kyaung Seindon Mibaya
img_20160330_17660.jpg
Chouette photo à la pagode Mahamuni à Mawlamyine
img_20160330_19451.jpg
Amoncellement de toits (stûpa, allées, petits temples) à Mawlamyine
img_20160330_20725.jpg
Avec les mariés, durant la montée vers le Rocher d’or
img_20160330_21392.jpg
« L’enfant et l’ananas »… On sait enfin comment poussent ces derniers!
img_20160330_2232.jpg
Le fameux Rocher d’or
img_20160330_22700.jpg
Le Rocher d’or et ses clochettes porte-bonheur
img_20160330_24135.jpg
Chemin de montée et de descente pour le Rocher
img_20160330_23428.jpg
Habitation le long de notre trajet pour le Rocher