Nouvelle-Zélande : spécial faune et flore

Publicités

Nouvelle-Zélande, nord de l’île du Nord 

​Après notre traversée en ferry et le sud de l’île du Nord… ben il nous restait à parcourir le Nord, qu’on a visité de l’est à l’ouest, en passant par différents caps et en longeant la mer par endroit, avec quelques arrêts dans des villes. On vous laisse découvrir le résumé de nos étapes :

Taupo : une bien belle région et une ville sympathique, à taille humaine au bord d’un petit lac (qui nous a fait penser à Quennstown – qu’on a vraiment adoré – les montagnes en moins). On a fait une balade de 20km environ, qui passait par les Huka Falls (plus des rapides que des chutes, peut-être à cause des précipitations des derniers jours), puis un barrage. Sans rien prévoir, on est arrivés 5min avant l’ouverture des vannes de celui-ci. Impressionnant! Petite baignade dans une source d’eau chaude au retour.

Napier : en grande partie détruite par un tremblement de terre dans les années 30, la ville a été entièrement reconstruite les années qui ont suivis, d’où un important nombre de bâtiments au style « art-déco » de l’époque. Passage ensuite par la baie où le capitaine Cook a jeté l’ancre en découvrant le pays, avec sa jetée de 600m de long.

East Cape : pour les rêveurs, il s’agit du premier endroit au monde où l’on peut voir le lever de soleil du jour (le point le plus à l’est de la Nouvelle-Zélande)… pour les terre-à-terre, pas exactement, puisqu’il y a d’autres îles situées plus à l’est… Tout ça pour dire qu’on n’y est même pas allés le matin, mais en fin de journée, et qu’il y pleuvait des cordes. Accès au phare par une montée de 800 marches, qu’il a fallu redescendre sans glisser.

Rotorua : la ville est littéralement située au-dessus d’un site d’activités géothermiques. Il y a des mares de boues bouillonnantes, des fumeroles, des bassins d’eau chaude et cette odeur caractéristique d’oeuf pourri (le souffre) partout en ville. Dans les alentours, on a notamment visité le site de Wai O Tapu, qui comporte une énorme piscine naturelle d’eau chaude dans laquelle remontent des bulles (= Champagn Pool) et d’autres curiosités… qu’on vous laisse découvrir sur les photos. On a aussi profité de faire trempette dans une source chaude naturelle, la Kerosene Creek, et visité le village maori de Ohinemutu.

Tauranga : un arrêt rapide, le temps d’une petite balade autour du Mt Maunganui et de profiter du soleil revenu pour quelques heures. Une glace sur la plage, où les premiers vacanciers néo-zélandais profitent du chaud dans cette station touristique… oui, parce qu’ici, c’est le début du printemps à cette période!

Péninsule de Coromandel : c’était hyper-touristique, ça oui, mais on a quand même creusé notre trou sur la plage de Hot Water pour y tremper les pieds. Il y a des sources chaudes juste sous le sable et en creusant un peu, elle ressort, ce qui permet de se faire son propre jacuzzi si on le souhaite (on n’a pas vu les choses en grand cette fois-ci)… bon, vu la température, nos pieds en sont ressortis bien rougis. Super chaud! Un tour également à Cathedral Cove, une arche naturelle creusée dans la roche par l’océan, bordee par une plage de sable clair.

Auckland : il s’agit de la ville la plus peuplée du pays. Un quart des habitants y vit, ce qui fait (si notre mémoire est bonne), un peu plus de 1 million de personnes. En fait, la majeure partie réside dans les banlieues alentours et le centre en lui-même n’est pas très grand. Point de vue depuis le Mt Eden (un ancien volcan – la ville en est entourée de 14, aujourd’hui plus en activité), rapide balade au centre, notamment pour aller voir la tour… et voilà, on n’a pas été plus séduits que ça…

Bay of Islands (Waitangi) : une route panoramique de bord de mer qu’on avait lu… finalement pas tant que ça, même si on a quand même eu droit à quelques jolis coups d’oeil. On s’est arrêtés un moment dans le village de Paihia où se tenait un festival « Wine&Food » plein de promesses… malheureusement complet, mais de toute façon hors de notre budget. On est également passés rapidement par le village de Waitangi, où a été signé le traité du même nom, entre les maoris et les colons anglais… et qui (pour la parenthèse), n’a jamais vraiment été respecté / appliqué puisque les versions diffèrent selon la langue. C’est un peu la prairie du Gruettli à la sauce néo-zélandaise !

Cape Reinga : une remontée jusqu’à l’extrême nord du pays au Cape Reinga et son joli phare photogénique. Pour la petite histoire, c’est l’endroit où se rencontrent la mer de Tasman et l’océan Pacifique ce qui créé des courants aux mouvements assez étranges au milieu de l’eau. C’est également l’endroit du pays où, selon les croyances maories, les esprits des morts rejoignent le monde d’en bas. 

Te Paki Dunes : on a profité des dunes de sable imposantes de Te Paki pour retourner en enfance… entre les descentes en courant dans le sable ou avec un cornet plastique en guise de luge, on a perdu quelques-unes de nos années en route! Puis, passage par la loooooongue plage de Ninety miles qui, hé oui, porte bien son nom!

Kauri Forest : avant de s’attaquer aux géants, on a profité une dernière fois des sources chaudes néo-zelandaises à Ngawha. Une douzaine de bassins chauds, dont la température varie de 23° à 44°, situés dans le jardin aménagé de bric et de broc d’une famille maorie. Vraiment très chouette comme endroit… et pour 3.- par personne! Un peu de route nous a ensuite menés près d’arbres gigantesques, les Kauris. Le plus grand recensé mesure plus de 51m de haut, pour une circonférence de 14m… et aurait plus de 2000 ans, ce qui en fait le plus vieil arbre du monde. Belle balade autour de ces arbres millénaires… où l’on a dû nettoyer nos chaussures avant d’entrer sur les sites et en ressortant de ceux-ci! Parfait pour pouvoir les remettre propres dans le sac à dos…

Et oui, parce que notre séjour en Nouvelle-Zélande s’achève déjà et que l’on s’en va rejoindre très bientôt l’Amérique du Sud. Premier arrêt en Bolivie, après une longue escale de 36h à Buenos Aires où l’on va profiter d’aller se balader en ville pendant la journée. 

On a vraiment beaucoup apprécié ce pays, qui nous a fait penser à plusieurs pays que l’on connaît pour y être déjà allé (Suisse évidemment, mais aussi Islande et Norvège). A part quelques visites de villes à taille humaine qui nous ont beaucoup plu, particulièrement Queenstown… (c’est promis, on ne le répétera plus!), ce que l’on a aimé c’est de voir des paysages magnifiques et profiter de moments de relaxation dans des endroits authentiques et 100% naturels. 

Par contre, et il faut bien qu’il y ait du moins bien.. la météo n’a pas toujours été au beau fixe, notamment sur l’île du Nord, où il a plu tous les jours. Pas de façon continue, du coup on a quand même pu faire tout ce qu’on voulait, mais dans un décor un peu moins sympathique et bien souvent très nuageux. 

De beaux paysages, oui, mais qui parfois nous ont laissés songeurs en pensant à l’importante déforestation qui a été réalisée ici. Bien sûr, il en faut de la place et des prairies pour nourrir tous ces animaux, mais c’est vrai que cela donne à réfléchir quand on sait que tout le territoire était avant recouvert de forêts. De plus, les arbres qui sont partout replantés le sont pour l’exploitation du bois et ne sont pas des essences locales… tout comme bon nombre des animaux présents (mais cela est aussi le cas en Australie… on ne l’avait pas mentionné).

Malgré ces quelques réflexions écologiques / ethniques, on a vraiment adoré notre mois chez les kiwis. Des gens sympathiques et qui ont toujours un petit mot pour nous… même s’il faut avouer que notre anglais de cuisine n’est pas forcément du meilleur effet et que l’on devait souvent demander à ce qu’ils répètent! 

Place maintenant à l’Amérique du Sud, qui va nous réserver, on en est certains, encore pleins de belles surprises… et de chouettes rencontres ! À très vite…

(si on vous concocte des petits résumés « pays » un peu bisounours… c’est la faute de la plume qui a parfois tendance à s’emballer et à s’émerveiller de beaucoup de choses! L’oeil, de son côté, reste plus terre à terre… et réalise un nombre impressionnant de photos pendant ce temps!)

Taupo, Napier, East Cape


Rotorua


Péninsule de Coromandel, Auckland 


Baby of Islands, Cape Reinga


Te Paki Dunes, Kauri Forest

Nouvelle-Zélande, nord de l’île du Sud… et sud de l’île du Nord 

​On vous avait laissé alors qu’on revenait vers la côte est… Cette fois-ci, on est remontés jusqu’en haut de celle-ci, avec quelques étapes en cours de route. 

Springfield et Sheffield : des étapes éclair en chemin… la première pour immortaliser le fameux donuts géant, d’Homer Simpson, évidemment! La deuxième,  pour tester les pies, non moins célèbres, de la… heu… « pieserie » (?) de Sheffield. On en est reparti avec notre dîner (agneau et végétarien… on vous laisse deviner le choix de chacun) et un dessert qu’on n’est pas prêts d’oublier (pommes et rhubarbe).

Péninsule de Banks et Akaroa : formée par les éruptions de deux volcans, la péninsule s’étend au sud de Christchurch. De superbes paysages, notamment depuis la route panoramique sur les hauteurs… et le passage d’un col, sur une route gravillonnée à une seule voie avec notre van. Heureusement, on a dû croiser une seule fois… on ne nous y reprendra plus! Courte balade dans la ville d’Akaroa.

Christchurch : une ville actuellement en pleine reconstruction après un important séisme qui l’a touchée en 2011. Du coup, c’est vrai qu’on n’a pas forcément été séduit… mais dans quelques années, quand tous les chantiers seront terminés et les aménagements de la ville refaits (on pouvait déjà en voir quelques-uns), ça devrait être une chouette étape!

Kaikoura : on pensait y faire seulement une balade le long de la côte, où il y a par ailleurs de nombreuses colonies de phoques. On aura finalement occupé une partie de notre journée à parcourir les allées d’un meeting de vieilles voitures américaines qui se tenait dans le village par hasard ce week-end là. Une très belle surprise!

Parc national Abel Tasman : l’un des plus connus, ou peut être même, le plus connu des parcs néo-zélandais. Des criques isolées de sable blanc, une végétation luxuriante, une eau turquoise… ça s’était ce qui était promis… vu qu’on est tombés un jour où il pleuvait, ça avait un poil moins de charme. On a quand même bien apprécié la balade, sans pour autant goûter aux joies de la baignade.

On a ensuite pris le ferry (van y compris) depuis Picton, afin de rejoindre l’île du Nord et la ville de Wellington. Une traversée de 3h30 environ, entamée de bon matin (check-in à 7h00). On a pris à bord tout ce qu’il nous fallait pour le déjeuner, qu’on a grignoté en regardant les fjords s’éloigner.

Wellington : la capitale du pays. On a occupé une grande partie du temps consacré à la ville à parcourir l’énorme musée Te Papa; ça tombait bien puisqu’il a plu! Sur 6 étages, il est dédié à la Nouvelle-Zélande sous tous ces aspects : la culture maorie, l’arrivée des premiers colons, les problèmes rencontrés, la faune (importée ou autochtone), le climat, l’art, etc. Bref, on s’y perdrait… sinon, on s’est juste baladé un moment au centre ville et au bord de l’eau, très sympa aussi!

Mt Egmont (ou Taranaki) : un volcan d’une forme conique parfaite, dont on peut faire le tour (à pied sur les flancs ou en voiture dans la plaine). On pensait pouvoir le gravir jusqu’au sommet, mais c’était sans compter la neige encore bien présente sur toute la partie supérieure, qui aurait mérité crampons et piolet. En plus, pas de bol avec le temps, la balade s’est faite sous pas mal de pluie. On l’a mieux aperçu pendant quelques minutes en descendant dans la plaine.

Parc national Tongariro : là aussi, on a joué de malchance avec le temps… de nouveau d’imposants nuages bien denses ne nous ont pas permis d’avoir une jolie vue des volcans. On a parcouru le Tongariro Alpine Crossing, jusqu’à son point le plus haut avant de rebrousser chemin… c’était prévu de toute facon, mais on n’a malheureusement pas pu profiter des jolis panoramas promis. En complément, une autre balade le long d’une rivière pour aller voir une chute (Taranaki) et dans les broussailles volcaniques.

Bonne fête des vendanges à celles et ceux qui y vont… et bon week-end à tous les autres! Bise 

Et voilà quelques photos :

Springfield, Péninsule de Banks, Akaroa, Christchurch


Kaikoura, Parc national Abel Tasman, Picton


Wellington, Mt Taranaki (Egmont), Parc national Tongariro 

Nouvelle-Zélande, sud de l’île du sud

​Arrivée à Queenstown, au sud de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande en milieu d’après-midi. Il a l’air de faire beau, un poil frais et on est contents : on a vu des montagnes aux sommets bien enneigés depuis notre avion. Tout se passe bien au passage de la douane, même si on a dû montrer patte blanche (ou plutôt « chaussure propre »), avant de quitter l’aéroport. Merci à Sydney et la journée pluvieuse pour ce nettoyage parfait! Une navette de la compagnie vient nous chercher directement à l’aéroport pour nous emmener à l’agence où l’on récupère notre van de luxe… avec toilettes et douche (on se rendra compte bien assez tôt qu’il n’y a pas de chauffage, contrairement à ce que l’on pensait). Personnel très sympa et souriant, van nickel, documentation top pour les activités du pays, lieux à voir, etc. Nous voilà prêts! Quelques courses et on se pose dans une aire près de la ville.

Le lendemain, on profite du beau temps pour emprunter la route panoramique du bord du lac jusqu’à Glenorchy (balade dans les marais), qu’on fera en aller-retour. Une balade dans la ville et au bord de l’eau, on choppe un peu de wi-fi pour vérifier le temps du jour suivant. Verdict: grand beau! Du coup, on concrétise l’idée qui nous trottait dans la tête… direction un magasin de location de matériel de ski pour nous équiper! Ils nous fourniront même directement l’abonnement et le billet pour le bus-navette. Ici, les départs pour les stations de ski se font dans les villes et les navettes déposent les gens en bas des pistes. Sur place, il n’y a que les remontées mécanique et de quoi boire un verre et grignoter une morce. Une petite bière dans un après-ski pour fêter cela conclu la journée!

Un jour de ski sur le domaine des Remarkables. Quatre telesieges, pleins de pistes (bon, plusieurs fermées car il n’y a plus beaucoup de neige), une neige de printemps pas trop gelée et qui dégèle juste ce qu’il faut en milieu de journée, une météo au top (pas un nuage!!!), un pique-nique sur la terrasse et de magnifiques points de vue: on n’aurait pas pu rêver mieux! Dur dur de se dire que ce n’était que pour un jour… reddition de notre matos au magasin le soir, on ne regrettera pas nos chaussures de ski de location par contre. 

Pour les jours suivants, on est partis vadrouiller encore plus au sud de l’île. Avec des passages dans des paysages magnifiques et des coins uniques. On a notamment visité ou vu :

Route entre Te Anau et le fjord Milford Sound : de beaux paysages au milieu de montagnes enneigées, des lacs « miroirs », un passage dans un tunnel et des routes de col. Il a fait bien froid puisqu’il a même neigé et que l’on est passé de justesse le tunnel au retour, puisqu’ils ont fermé la route juste après notre passage. La nuit a aussi été bien froide avec une tempête de neige. 

Milford Sound : pas de balade en bateau ou kayak sur les eaux baignant le fjord, mais des points de vue depuis le bord. Impressionnant de voir ces montagnes, certaines de 2000m, se jeter dans ces eaux. Une belle ambiance également, avec quelques nuages qui ont ajouté à la magie des lieux. On a vraiment adoré l’endroit!

Route panoramique du Sud : elle passe d’abord par le centre de l’île avant de rejoindre la côte et de traverser le parc naturel des Catlins (de grandes prairies, des collines de forêts qui se jettent dans la mer et de petites baies).

Invercargill : pas grand-chose à en dire… puisqu’on s’est seulement arrêtés dans un endroit complètement incongru nommé « Demolition World ». Des gens ont créé un village miniature de toute pièce, uniquement avec des objets de récupération. Complètement loufoque, un peu flippant, mais vraiment marrant.

Nugget Point : un cap qui s’avance dans la mer, avec un petit phare et des rochers imposants. On y a vu plusieurs phoques s’amusant dans un bassin et quelques manchots antipodes sortant des eaux. Olivier a même trouvé des « pauas », coquillages nacrés bleus à l’intérieur en se baladant à la plage.

Péninsule d’Otago : l’endroit rêvé pour voir des animaux… lion de mer, phoques à fourrure et manchots antipodes! Et un panorama idyllique déroulé juste devant nos yeux, dont on a profité en sortant de la douche ou en faisant une petite sieste.

Dunedin : une ville avec quelques bâtiments historiques et de jolies cathédrales et églises… qui détient également le record de la rue résidentielle la plus raide du monde, Baldwin Street.

Après cette escapade dans le sud, on est remontés une partie de la côte est, avant de bifurquer vers le centre et de rejoindre l’autre côte…

Moeraki Boulders : des pierres imposantes façonnées par l’érosion de la mer et du vent, jusqu’à devenir toutes rondes. 

Mt Cook (ou Aoraki en langue maorie) : l’un des endroits que l’on a préféré jusqu’à présent ! Il s’agit du point culminant de la Nouvelle-Zélande, à 3754m. A défaut de pouvoir y grimper, on a fait plusieurs petites marches pour l’admirer, ainsi que les sommets alentours et le glacier Tasman (d’une longueur totale de 27km). On a particulièrement aimé la marche dans la Hooker Valley, qui permet de s’approcher pratiquement au pied de la montagne… tellement qu’après notre marche de la matinée, on y est retourné en fin de journée! Également un très joli panorama sur la chaîne de montagne depuis les bords du lac Pukaki où nous avons dormi deux nuits.

Glaciers Fox et Franz Josef : ultras-connus, ils sont l’un des emblèmes du pays. On a eu beaucoup de chance puisqu’en arrivant le soir, on ne voyait rien du tout, à cause de la pluie et de la brume épaisse. Après une nuit toujours pluvieuse, c’est en déjeunant que le temps s’est partiellement éclairci… du coup, on s’est dépêché pour pouvoir aller les voir les deux avec un rayon de soleil. À peine partis du deuxième, il pleuvait à nouveau. Séracs gigantesques et glace d’un beau bleu sur les hauts… on a été impressionnés aussi par les photos de l’évolution des glaciers (2008 vs 2014), où le recul est important.

Pancakes et blowholes de Pukaiki : on a parcouru le sentier de bord de mer passant au milieu de ces structures de pierre, dont les strates font penser a des pancakes. Le bruit sourd du souffle des vagues s’engouffrant dans les cavités était aussi très chouette à entendre.

Retour ensuite par le centre pour rejoindre la côte est qu’on remontera cette fois-ci jusqu’en haut de l’île; ça, ce sera au programme des prochaines journées! On en a fait des allers-retours, sinon c’était compliqué de faire et voir tout ce que l’on avait envie… mais ça en valait la peine, puisque les paysages en route était vraiment beaux!

Arthur’s Pass : passage d’un « vrai » col de montagne avec notre van. On s’est arrêté dans la vallée un peu plus bas pour dormir dans un joli coin au bord d’un petit lac avec coucher de soleil sur les montagnes environnantes… On ne s’en lasse pas!

A tout bientôt pour la suite de nos aventures au pays des kiwis. On vous embrasse fort!
Queenstown, les Remarkables


Te Anau et Milford Sound


Route panoramique du sud, Invercargill, The Cattlins, Nugget Point


Péninsule d’Otago, Dunedin, Moeraki Boulders, bas de la côte est


Mt Cook (Aoraki) et lac Pukaki


Wanaka, glaciers Fox et Franz Josef


Côte ouest, Pancakes et blowholes de Pukaiki, Arthur’s Pass