Bai Tu Long, Hanoi, Hô Chi Minh

Départ de l’hôtel à Hanoi pour aller jusqu’à la ville de Along (ou Halong) située au bord de la mer. En route, nous demandons au chauffeur s’il est possible plutôt de nous déposer à la gare routière de Bai Chay, devant laquelle on est sensés passer de toute façon (et ça se fait comme ça avec les bus asiatiques en général… outre les arrêts normaux, il suffit de demander au chauffeur pour qu’il s’arrête ailleurs), parce que ce sera plus pratique pour la correspondance. « OK! OK! », on se dit que ca doit être en ordre. C’est seulement une fois qu’on nous demande de sortir du bus sur une pseudo-île blindée de touristes, de mini-bus et d’agences pour des excursions dans la Baie d’Along, qu’on se dit que ça va se gâter. On nous demande, gentiment mais fermement, de bien vouloir sortir, car il s’agit en fait d’un bus pour une excursion à la journée pour tous les autres passagers… (on remercie au passage l’hôtel, par qui nous avions réservé, et à qui nous avions répété plusieurs fois que nous ne voulions pas aller à la baie, mais à la ville… bref, on sait maintenant que ça joue mieux quand on se débrouille par nous-mêmes☺).

Après discussion avec la responsable pour voir si on peut s’arranger, sa réponse est sans appel: vous n’avez qu’à prendre un taxi pour continuez! C’est ce que nous allons faire, après une grosse frayeur, en nous rendant compte qu’il manque un de nos sacs à dos😨 Il se trouve finalement qu’il a été déplacé dans le coffre arrière. Le taxi nous conduit donc à Bai Chay, où nous sautons dans le bus pour l’île de Van Don et la localité de Cai Rong. En route, on nous dépose dans une petite guingette en nous expliquant par de grands gestes que nous devons attendre là et qu’un autre bus va passer nous prendre. Effectivement, quelques minutes plus tard, un autre bus arrive et on embarque dans celui-ci, ou on nous demande de payer la course pour la totalité du trajet… ce que nous avions déjà fait dans le premier bus… Comme nous n’avons pas de billets (et qu’il n’y en a pratiquement jamais!) et que nos rares mots connus de vietnamiens ne suffisent pas à nous faire comprendre, on repaiera une 2ème fois… Une fois arrivés à destination (enfin!), il fait froid, un brouillard bas de plafond diffuse son crachin et la ville paraît en hibernation. On trouve une guesthouse près de l’embarcadère, puis allons faire un tour en ville, lors duquel une petite fille qui parle quelques mots d’anglais nous demande de la prendre en photo. Durant la soirée, nous essayerons plusieurs fois d’obtenir notre visa pour le Myanmar (prochain pays visité, qu’il n’est pas possible de rejoindre par voie terrestres a part depuis la Thaïlande et pour lequel le visa doit être demandé préalablement), de réserver les billets d’avion et la chambre à Rangoon… faute de batteries sur nos différents appareils et ayant des cartes de crédit qui ne fonctionnent pas, on se couchera au final sans avoir rien pu confirmer ou réserver…

Le lendemain commence par les mêmes activités que la soirée précédente. On met à recharger la tablette à la réception de l’hôtel et c’est depuis là qu’on fera tout notre « administratif ». Au passage, on profite de téléphoner en Suisse pour nos problèmes de carte, l’une d’entre elles peut à nouveau être utilisée… Pour l’autre, l’appel réalisé fera certainement un très bon cas d’école pour les prochains cours de « réclamations clients » de l’entreprise. On vous passe les détails, mais franchement, on n’avait jamais vu ça! A la place de prendre un vol Hanoi – Rangoon (où il y a de toute façon une escale), on décide de splitter nous-mêmes le trajet et de passer quelques jours à Hô Chi Minh (= Saigon, au sud du Vietnam et… au chaud!)
La suite de la journée se passe sous de nettement meilleurs auspices! Départ en ferry local pour l’île de Quan Lan, accompagné d’une série vietnamienne à la télé dont le volume est réglé au maximum (ceci aura eu le don de faire fuir les 2 seuls autres touristes du bateau, alors que nous étions encore au port). 2h30 de navigation au milieu des pains de sucres karstiques verdoyants delà Baie de Bai Tu Long, noyés dans le brouillard et le crachin. Ambiance… Une fois arrivés sur l’île, on trouve pour dormir dans la ville du même nom, on doit y être les seuls touristes! Petit tour de la ville, passage au marché local et à la pagode.

L’île est surtout visitée par les touristes (notamment vietnamiens) en été pour ses magnifiques plages et c’est son attrait no 1. Puisqu’on ne peut pas en profiter et que le but de l’excursion était quand même principalement de pouvoir naviguer au milieu de ces décors, on repart le lendemain, avec le ferry pour Along. A tout pile 7h00, départ avec un meilleur temps, pas de soleil, mais nettement moins de brouillard et plus du tout de pluie. Du coup, on aperçoit beaucoup mieux les magnifiques paysages de la Baie d’Along, les villages de pêcheurs nichés le long des îles, et on comprend pourquoi le site est inscrit au patrimoine de l’Unesco. Au final, on aura vu et même traversé la célèbre baie, sans avoir recours à une agence touristique hors de prix😀 On reprend ensuite un bus direct pour Hanoi (cette fois-ci sans encombres), assis tout à l’arrière et envahis par de discrètes odeurs et coulures de poisson. C’est dans ces cas-là que l’on se rend compte de l’utilité du sac de protection pour nos sacs à dos. Une fois à Hanoi, vu que nous avons un peu de temps, nous allons visiter le Musée de la révolution qui, comme celui de Dien Bien Phu, répertorie un nombre incalculables d’objets, mais ne fournit malheureusement pas beaucoup d’informations.

Après une courte nuit (réveil à 4h30), direction l’aéroport pour prendre notre vol interne. Pas de problème pour le check-in et le passage de sécurité, mais le vol est retardé de presque 2h00 à cause du mauvais temps. Une fois à Hô Chi Minh, on prend le bus pour le centre et on dépose nos affaires avant d’aller faire un tour en ville. Le trafic est intense, un peu comme à Pnom Penh, et il y a de nombreux parcs et espaces verts. La ville compte aussi de très nombreux grattes-ciel et hotels luxueux, qui contrastent étrangement avec les petits immeubles aux murs décrépis.
La journée du lendemain est consacrée à une balade dans le centre-ville, entrecoupée de quelques pauses shakes et cafés afin de tenir le rythme. Un passage par différents parcs, la pagode de l’empereur de Jade, des marchés, l’opéra et la cathédrale Notre-Dame. Essouflante et trépidante, voilà deux mots qui résument bien nos impressions.

Après le centre-ville, place le jour suivant au quartier chinois ou Cholon. Pas mal de marche pour le rejoindre, par contre, une fois sur place, les visites s’enchaînent : plusieurs pagodes, temples, églises… certains ont plus de charme que d’autres et leurs états de rénovation/conservation est aussi fortement variable. On visite ensuite le marché de gros de Bing Tay, où l’on ne se sent pas hyper à l’aise, car on a toujours l’impression de se trouver sur le chemin des acheteurs et/ou grossistes, qui circulent dans de minuscules allées. Souper dans un petit restaurant populaire juste à côté de notre hôtel.

Dernière journée en ville que nous débutons par un tour à la foire du livre locale, où nous ne trouverons pas de livre en français (et seulement quelques-uns en anglais). Ensuite, visite du jardin botanique et de son zoo… un peu dur de voir certains de ces animaux dans de si petites cages! Une fois les sacs récupérés à l’hôtel, on reprend un bus en direction de l’aéroport où on va passer la nuit dans un hôtel tout à fait charmant à proximité (lumière rouge dans la chambre et miroir sur les murs!).

On a eu énormément de plaisir à découvrir ce pays qu’est le Vietnam. Contrairement à ce que l’on nous avait raconté, on a rencontré des gens vraiment sympathiques et souriants tout au long de notre séjour. Seul regret, ne pas avoir pu profiter davantage des superbes paysages en raison du brouillard souvent présent à cette période. C’est donc avec plaisir que l’on y reviendra si l’occasion se présente!
Demain, départ pour Rangoon au Myanmar😃 On se réjouit!

img_20160321_28538.jpg
Baie de Bai Tu Long
img_20160321_29214.jpg
Baie de Bai Tu Long
img_20160321_27428.jpg
Baie de Bai Tu Long
img_20160321_2825.jpg
En vogue pour Quan Lan
img_20160321_26879.jpg
Baie d’Along – village de pêcheurs
img_20160321_26342.jpg
Baie d’Along
img_20160321_25826.jpg
Baie d’Along
img_20160321_29890.jpg
Sur le bateau pour Along
img_20160321_25304.jpg
Des recommandations bien utiles au moment de recevoir nos billets pour le vol interne : « ouvrez ou fermez les portes de sécurité seulement sur instructions des membres d’équipage »
img_20160321_22356.jpg
Ancien hôtel de ville de Hô Chi Minh
img_20160321_2170.jpg
Cathédrale Notre -Dame (Hô Chi Minh)
img_20160321_18375.jpg
Église kitsch et rose -aussi à l’intérieur- à Hô Chi Minh
img_20160321_20400.jpg
Affiches de propagande à Hô Chi Minh
img_20160321_19717.jpg
Dans les rues de Hô Chi Minh
img_20160321_1929.jpg
img_20160321_24713.jpg
Vue sur les grattes-ciel (Hô Chi Minh)
img_20160321_2446.jpg
Un en-cas savouré comme il se doit : baguette et fromage bleu… et chocolat au lait pour le dessert!
img_20160321_23458.jpg
Vue sur le port et les grattes-ciel (Hô Chi Minh)
img_20160321_22945.jpg
Vue sur les grattes-ciel (Hô Chi Minh)
img_20160321_21726.jpg
Repas du pingouin!
img_20160321_17760.jpg
Temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh)
img_20160321_17168.jpg
Détail d’un temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh)
img_20160321_16494.jpg
Détail d’un temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh)
img_20160321_15152.jpg
Intérieur d’un temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh), avec des batons d’encens en spirale
img_20160321_14402.jpg
Détail d’un temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh)
img_20160321_1379.jpg
Temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh)
img_20160321_11667.jpg
Détail d’un temple dans le quartier chinois (Hô Chi Minh)
img_20160321_15865.jpg
Un retour dans le passé sur un étal de rue!
img_20160321_13752.jpg
Lampes en papier de soie, encore…
img_20160321_12435.jpg
Récupération de toutes sortes
img_20160322_30181.jpg
Petit aperçu du trafic à Hô Chi Minh
img_20160322_29463.jpg
Au jardin botanique de Hô Chi Minh
img_20160322_28714.jpg
Au jardin botanique de Hô Chi Minh
img_20160322_27936.jpg
Notre charmante chambre d’hôtel près de l’aéroport
Publicités

Dien Bien Phu, Lai Chau, Sapa et Hanoi

Après une seule nuit sur place à Muang Khoua (Laos), lever tôt le matin afin de prendre le bus pour le Vietnam. En principe, il devait partir à 7h, mais un papy arrive en scooter pour nous informer qu’il y a des ennuis mécaniques et que nous devrons atte! Retour à la guesthouse pour un peu de lecture et l’écriture du début du présent post.

Après ces quelques rebondissements, le bus arrive et il est déjà pratiquement plein. On arrive à se faufiler au fond et à se dégoter deux places libres… chanceux et un brin opportunistes, on ne va pas se mentir, d’autant plus que certains feront finalement l’entier du chemin debout… On y retrouve des français rencontrés sur un précédent trajet et faisons la connaissance de deux québécois très sympas! Le passage de la frontière lao-vietnamienne se passe sans problèmes, avec de grands sourires des douaniers et pas de contributions supplémentaire à régler cette fois-ci. Bon, il faut dire que le visa d’entrée était déjà dans la poche et qu’il s’agissait simplement de le faire valider par le timbre indiquant la date de notre entrée sur le territoire.

Arrivée à Dien Bien Phu, première escale de notre périple au Vietnam, en milieu d’après-midi. Une fois la chambre trouvée, petit tour rapide en ville avant le souper, durant lequel on se fait accoster par trois jeunes collégiens vietnamiens (17 ans). Ils étaient à la recherche de touristes afin de pratiquer leur anglais! On a finalement passé près d’une heure à discuter avec eux de tout et de rien. Et on a même eu droit, en plus, à une démonstration de danse, de kung-fu et de nombreuses explications sur l’histoire de la ville. C’était vraiment chouette et totalement inattendu.

Dien Ben Phu ne présente pas un grand intérêt sauf pour le passage de la frontière et le fait qu’il s’agit d’un lieu important dans l’histoire de la guerre en Indochine (dernier combat contre les français,  gagné par les vietnamiens). Du coup, vu que le papy du bus du matin (vous suivez?) nous avait dit qu’il y avait un bus de nuit pour rejoindre notre prochaine escale à Sapa, c’est celui que nous avions prévu de prendre. Heureusement, qu’on préfère vérifier par nous-mêmes… le dernier bus de la journée part à 13:15 et il n’y en plus après. Les gens sont tout content de pouvoir nous aider quand on leur pose des questions, mais on a déjà remarqué quelques fois que ça pouvait ne pas jouer😀 Après c’est difficile de savoir qui a mal compris… on est certainement aussi des fois complètement à côté de la plaque! Pour faire suite à cette vérification qui s’avère finalement bien utile, on décide de visiter le musee de la ville. En chemin, nous tombons sur une équipe de cameramans qui nous filment en train d’arriver. Puis, ils nous demandent (en vietnamien et par gestes) s’ils peuvent continuer à nous filmer en gros plan, pendant qu’on regarde le paysage. Il doit s’agir d’un film publicitaire réalisé dans le cadre du Ban Flower Festival (qui se rapporte à une très vieille histoire romantique entre deux jeunes gens et qui a comme symbole des fleurs – si nous avons compris les explications des étudiants)… si vous le trouvez par hasard sur le net: vous pouvez partager! On a cherché, mais rien trouvé pour le moment…😂

Le musée contient un nombre impressionnant d’objets se rapportant à la célèbre bataille de la ville: du pied de table, à la mitraillette, en passant par le porte cure-dents et divers tracts incitant les français à se rendre. Juste en face, on visitera encore le cimetière Vietminh et la colline A1 (pour les vietnamiens) ou Eliane (pour les français). Ensuite, embarquement dans le bus local, depuis lequel nous constatons que les montagnes deviennent plus hautes et plus anguleuses. Par contre, toujours la même -triste- constante, de nombreuses forêts défrichées et brûlées, ainsi que plusieurs barrages le long des rivières. On arrivera en début de soirée à Lai Chau, ville étape dans laquelle nous allons passer la nuit, qui s’étend sur plusieurs kilomètres, mais qui semble complètement vide, sentiment renforcé par le fait de rouler sur une avenue de 4 x 2 pistes où il n’y a que quelques véhicules. On soupera dans un p’tit bistrot à côté de la guesthouse avec un jeune qui ne parle pas anglais… mais qui voulait absolument s’installer vers nous!

Départ en trombe le lendemain matin pour Sapa, puisqu’il n’y a finalement pas de bus à 9:00,  mais à 8:00 et qu’il est 8:02… vu que la précision vietnamienne ne concurrence pas encore la suisse, on arrive à monter dans le bus de justesse, avant d’attendre un bon quart d’heure supplémentaire sur place. On passe ensuite par le col de Tram Ton (le plus haut du pays a 1900 mètres d’altitude), pour plonger directement dans le brouillard de l’autre côté qui nous accompagnera jusqu’à la ville, où nous aurons un peu de mal à nous repérer dans ces conditions (heureusement l’application Maps me est fonctionnelle – il sagit du même principe que le GPS).

On se fait directement attrapé par un homme qui insiste pour nous prendre en photo, puis par une femme de l’ethnie H’Mong qui nous propose de passer la nuit dans son village. On prend son numéro de téléphone au cas où, mais plus par politesse qu’autre chose… Après quelques centaines de mètres, c’est la consternation! On se fait attirer de toutes parts par les femmes de ces es ethnies pour dormir dans leur village ou pour nous vendre des babioles. Certaines ont l’air d’avoir été faites maison, mais la plupart proviennent de grossistes, puisqu’il s’agit des mêmes que nous avons déjà vu sur de nombreux marchés, au Laos notamment. Pour le côté typique et authentique, c’est raté! On trouve une guesthouse qui a l’air pas mal, mais ils n’ont plus de chambres… on se rabat donc sur le dortoir (on apprendra par la suite avoir eu de la chance de trouver du premier coup, certains sont passés dans 15 endroits avant de tomber sur la perle rare).

Visite de la ville entre soleil et brouillard, et un temps plutôt frais, pour ne pas dire glacial à notre arrivée. La doudoune est de sortie! Pour l’anecdote, il a même neigé moins de deux semaines avant notre arrivée,  avec de graves conséquences pour les agriculteurs du coin, puisque de nombreuses bêtes (buffles et vaches) sont mortes de froide. Grimpette jusqu’en haut d’une colline qui comporte un « Garden Park » (ce dernier nous laissera dubitatif) et qui a le mérite, au moins, d’offrir un joli point de vue sur la ville, à défaut du Fansipan (sommet le plus haut du pays a 3143 mètres, mais qui se trouve emmitoufflé dans un voile nuageux). Comme vous l’avez compris, on n’est vraiment pas enthousiasmés par le lieu et son atmosphère, si bien qu’on décide de le quitter directement le lendemain. On avait prévu de faire quelques treks dans les villages alentours, mais il semblerait que cela se rapproche plus d’une balade à Disneyland que d’une rencontre avec des ethnies montagnardes; c’est pourquoi on a préféré renoncer.

Réveil au dortoir et préparation du sac… c’est après que nous allons rencontrer un problème, puisque la porte de sortie de l’hôtel est fermée par un cadenas de l’intérieur et qu’il n’y a personne à la réception. Nous avons du temps, mais une fille nous rejoint et son bus est 30 min. plus tard. Faute d’avoir trouvé la clé pour ouvrir à la réception et que les fenêtres ne s’ouvrent pas non plus, Olivier « s’invitera » chez la propriétaire pour la réveiller! Un temps un peu plus chaud, moins de brouillard et, tout à coup, la ville a quand même un peu plus de charme. On prendra quand même notre bus-couchette qui nous mènera en 6 heures tout pile à la capitale: Hanoi (et ses 7.6 millions d’habitants… un monstre vus de nos yeux de « p’tits suisses »!). Prise de la chambre, une sorte d’attique situé juste au-dessus de la réception de l’hôtel, assez bas de plafond (heureusement qu’Olivier ne fait pas quelques centimètres de plus), puis nous partons nous balader autour du Lac Hoan Kiem. Ça commence à devenir une habitude, puisqu’on se fait à nouveau accoster par deux jeunes qui souhaitent parler avec nous pour perfectionner leur anglais, hummmm. Quand on les entend parler, on se demande parfois si ce ne serait pas à nous de nous perfectionner! Ils sont ébahis devant les images de montagnes suisses qu’on leur montre, très rigolos😄 On termine la journée par une balade au marché de nuit, une bière locale (Bia Hoi) dans le « quartier » des bières et des animations au coeur de la vieille ville.

Apres une nuit étonnamment reposante (il y avait encore de nombreuses animations dans les rues à notre retour le soir d’avant), on part à pied dans la vieille ville, armés de nos plans, afin de suivre les tracés proposés. Départ près du temple Ngoc Son, puis nous nous perdons dans les différents quartiers. C’est surprenant, car les corps de métier sont répartis par quartier; on passera dans celui des ferblantiers, des miroitiers, des herboristeries, des soieries, des boutiques de fausses fleurs, etc.

La ville a beaucoup de charme et de cachet et nous sommes surpris à chaque coin de rue par de nouvelles choses! C’est également à chaque coin de rue, et directement dans les rues de façon générale, que nous sommes happés par le trafic… il y a des scooters partout. Ça circule sur les trottoirs, à contresens, lorsque le feu est rouge, et ça requiert une concentration de tous les instants. On avait déja vécu un peu la même chose à Phnom Penh, mais rien de comparable depuis!  Une fois la balade terminée, nous visitons l’ancienne prison de Hoa Lo qui a été construite par les colons français afin d’y emprisonner dans d’atroces conditions les prisonniers politiques. Elle a ensuite servi au Vietnam, pour y enfermer les pilotes américains capturés durant la guerre. Au final, il nous manquera un bout de l’histoire, puisqu’on s’est fait jeter dehors -poliment- par le gardien car il était l’heure de la fermeture. Même programme que le jour précédent pour terminer la journée.

Réveil sportif pour les uns… puis départ pour le mausolée Ho Chi Minh qui abrite le corps du père de la révolution. Après avoir constaté que la file d’attente s’étend sur pratiquement un kilomètre (!!!), on renonce à l’idée. Visite de la pagode Tran Guoc, du temple de Quan Tank situé à quelques pas et, finalement, du temple de la littérature, où des étudiants fêtent la remise de leur diplôme par des cris et des photos officielles (et celles, moins officielles, des touristes). Il s’en suit une tournée des agences de location de motos pour visiter éventuellement le Nord avec ce moyen de transport. Autour d’un jus de fruits frais (non, on ne boit pas QUE de la bière!), nous décidons finalement d’aller directement à la baie de Tulong en bus. Selon les informations que nous avons trouvées, cette baie est située tout près de la célèbre baie d’Halong et présente un intérêt supplémentaire à nos yeux: nettement moins de touristes! Si l’envie nous en dit, nous reviendrons une prochaine fois afin de visiter en profondeur le nord-vietnam (pays que nous n’avions au départ pas planifié dans notre voyage).

Salutations à tous depuis le bout du monde… où on se dit que les températures s’approchent dangereusement de celles de la Suisse😊

img_20160319_28600.jpg
Marché de Dien Bien Phu
img_20160319_29327.jpg
La colline A1 ou Eliane
img_20160319_29939.jpg
Rizières sur la route menant à Sapa
img_20160319_30573.jpg
Comme un air de printemps (ou de Japon) à Sapa
img_20160319_31252.jpg
Vue de Sapa depuis la colline
img_20160319_32419.jpg
Le mont Fansipan guignant à travers les nuages
img_20160319_31846.jpg
Une petite bière pour la route…
img_20160319_3381.jpg
Vieille ville de Hanoi de jour…
img_20160319_33739.jpg
… et de nuit
img_20160319_34438.jpg
Temple bien kitsch, caché dans une minuscule ruelle à Hanoi
img_20160319_35162.jpg
« Amas » de fils électriques… mais c’est comme ça partout!
img_20160319_35910.jpg
Un chargement qui, on l’espère, est bien attaché!
img_20160319_36609.jpg
Vendeuses au marché Dong Yuan de Hanoi (vraiment typique)…
img_20160319_37270.jpg
… et des piments bein colorés, au même marché.
img_20160319_37934.jpg
Lampes en papier de soie
img_20160319_38657.jpg
Pagode Tran Quoc